(New York) Chevron n’a jamais pompé autant de pétrole et de gaz que l’an dernier et a dégagé 15,6 milliards de dollars de bénéfices avec le rebond des prix de l’énergie après l’effondrement du début de la pandémie.

Publié le 28 janvier
Agence France-Presse

Mais les analystes s’attendaient à des profits encore plus importants et l’action reculait de 3,3 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse.  

Le groupe a produit l’équivalent de 3,10 millions de barils par jour dans le monde en 2021, un record, détaille-t-il dans un communiqué vendredi.  

Les prix de l’énergie ont parallèlement nettement augmenté.  

Au quatrième trimestre, le prix moyen du baril de pétrole et de gaz naturel liquide vendu par Chevron était de 63 dollars aux États-Unis, contre 33 dollars l’an dernier, de 74 dollars dans le reste du monde contre 40 dollars en 2020.  

Le prix moyen de mille pieds cubes de gaz (28 mètres cubes) écoulé par le groupe était de 4,78 dollars au quatrième trimestre aux États-Unis, contre 1,49 dollars sur la même période un an plus tôt, de 7,90 dollars en dehors du pays contre 4,23 dollars.

Le chiffre d’affaires de Chevron a bondi de 91 % au quatrième trimestre pour atteindre 48,13 milliards de dollars, de 72 % sur l’ensemble de l’année à 162,47 milliards de dollars.  

Le groupe, qui avait été durement frappé par la chute des cours de l’or noir en 2020, est repassé dans le vert et a dégagé un bénéfice net de 5,1 milliards de dollars au quatrième trimestre, de 15,6 milliards sur l’ensemble de l’année. Il avait perdu 5,5 milliards en 2020.

Mais le bénéfice rapporté par action et hors éléments exceptionnels, la mesure préférée des investisseurs de Wall Street, a déçu.  

Or l’action avait grimpé à un niveau sans précédent à l’approche des résultats, les investisseurs espérant que la forte hausse des prix de l’énergie ces derniers temps – le pétrole a grimpé cette semaine à son plus haut en sept ans – se répercute plus franchement sur les résultats de Chevron.