(New York) La compagnie aérienne American Airlines a continué à perdre plusieurs millions de dollars par jour au premier trimestre, mais voit « des signes d’une reprise continue de la demande » dans le trafic aérien.

Publié le 22 avr. 2021
Agence France-Presse

« La pandémie est loin d’être finie […], mais grâce aux progrès quotidiens effectués dans le monde sur les efforts de vaccination contre la COVID-19, les clients se remettent à voyager et il ne fait aucun doute que le rythme de la reprise s’accélère », a souligné la direction dans une lettre envoyée aux employés à l’occasion de la publication des résultats jeudi et consultée par l’AFP.

Toujours affectée par la chute des ventes de billets d’avion, la compagnie a vu son chiffre d’affaires reculer de 53 % sur les trois premiers mois de l’année, à 4 milliards de dollars.  

Les revenus tirés des vols transatlantiques et transpacifiques s’affichent encore en très forte baisse ; le repli est moins prononcé pour les vols aux États-Unis et les vols vers l’Amérique latine.  

American Airlines prévoit que son chiffre d’affaires ne s’affichera en baisse que de 40 % au deuxième trimestre par rapport à la même période en 2019, avant que la pandémie ne bouscule le transport aérien.  

En attendant, la société a perdu 1,25 milliard de dollars au premier trimestre, soit moins que les 2,24 milliards perdus l’an dernier sur la même période.

Rapportée par action et hors éléments exceptionnels, la référence pour les investisseurs de Wall Street, la perte s’affiche à 4,32 dollars, soit un peu plus que les 4,30 dollars attendus par les analystes.  

Comme indiqué plus tôt dans le mois, la compagnie a réduit le rythme auquel elle brûle ses liquidités sur l’ensemble du trimestre, à environ 27 millions de dollars par jour en moyenne contre 30 millions au quatrième trimestre 2020.  

La situation s’est toutefois nettement améliorée en mars, remarque l’entreprise : elle ne brûlait plus que 4 millions par jour de liquidités sur ce mois.  

L’entreprise a réalisé une grosse opération de refinancement : elle a emprunté 10 milliards de dollars en mettant en garantie son programme de fidélité AAdvantage. Elle en a profité pour rembourser complètement le prêt accordé au printemps 2020 par le ministère américain des Finances.  

Elle a terminé le trimestre avec 17,3 milliards de liquidités à sa disposition.

Le titre montait de plus de 2 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse de New York.