(New York) La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a vu son bénéfice net multiplié par plus de deux au quatrième trimestre, principalement grâce à ses activités de conseil aux entreprises et au courtage, selon un communiqué publié mardi.

Agence France-Presse

L’établissement, qui a profité de la bonne santé des marchés financiers en fin d’année en dépit des effets négatifs de la pandémie sur l’économie, a gagné 4,4 milliards de dollars d’octobre à décembre, ce qui correspond à un bond de 153 % sur un an. Sur la même période, son chiffre d’affaires a grimpé de 18 % pour atteindre 11,74 milliards de dollars.

Les revenus tirés du courtage d’actions, de matières premières, d’obligations et d’autres produits financiers ont progressé de 23 %.  

Le chiffre d’affaires généré par les activités de banque d’investissement – quand l’établissement aide les entreprises à lever de l’argent sur les marchés ou à mener une opération de fusion-acquisition par exemple – a augmenté de 27 %.  

Sur l’ensemble de l’année, le bénéfice net de Goldman Sachs a progressé de 13 % à 8,9 milliards de dollars, pour un chiffre d’affaires en hausse de 22 % à 44,56 milliards de dollars.  

La firme a encore mis de l’argent de côté au quatrième trimestre pour parer à d’éventuels défauts de paiement de ses clients, notamment en raison d’une augmentation des prêts accordés via ses cartes de crédit : il a provisionné 293 millions de dollars d’octobre à décembre.

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, le bénéfice de la banque a nettement dépassé les attentes : il s’est affiché à 12,08 dollars au quatrième trimestre contre 7,47 dollars attendus, et à 24,74 dollars sur 2020 contre 19,69 dollars prévus.

« Nous avons pu aider nos clients à s’y retrouver dans un environnement difficile et, par conséquent, nous avons obtenu de solides résultats sur l’ensemble de nos activités, tout en avançant nos priorités stratégiques », a commenté le PDG de Goldman Sachs, David Solomon. « Nous espérons que cette année apportera la stabilité nécessaire et un répit du côté de la pandémie, mais nous restons prêts à gérer un large éventail de possibilités et à répondre aux besoins de nos clients », a-t-il ajouté.

L’action montait de 2,5 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse.