(New York) Le fabricant américain d’ordinateurs personnels et d’imprimantes HP Inc a adopté un plan d’une durée d’un an pour se protéger d’un rachat par Xerox, qui tente de l’acquérir depuis plusieurs mois.

Agence France-Presse

Cette « pilule empoisonnée », annoncée jeudi dans un communiqué, donne notamment le droit aux actionnaires de HP d’acheter de nouvelles actions à un prix réduit si une entité venait à s’emparer d’au moins 20 % des actions flottantes de l’entreprise, ce qui devrait rendre plus difficile toute prise de contrôle non désirée.

« Le plan n’empêchera pas la fusion de HP Inc avec un autre groupe mais devrait encourager Xerox [ou n’importe qui d’autre souhaitant acquérir l’entreprise] à négocier avec le conseil d’administration avant de tenter d’imposer une fusion qui ne soit pas dans les meilleurs intérêts des actionnaires de HP », a précisé l’entreprise.

Dans un message à l’agence Bloomberg, Xerox a estimé qu’une telle manœuvre était le signe du « soutien massif » des actionnaires de HP à son offre de rachat.

Après plusieurs refus cinglants, Xerox a encore augmenté la semaine dernière de quelque 10 % son offre pour tenter de convaincre les actionnaires de HP, offrant 24 dollars par action contre 22 auparavant.

Depuis la première offre début novembre, la direction de HP a constamment rejeté les avances de Xerox.

HP réalise un chiffre d’affaires presque six fois plus élevé que Xerox pour une capitalisation boursière quatre fois plus importante, à environ 32,8 milliards de dollars contre 7,8 milliards.