Pandémie ou pas, les nouveaux propriétaires de l’entreprise de technologie Grass Valley souhaitent ajouter de 200 à 300 emplois à Montréal, à condition de compter sur une aide financière du gouvernement du Québec.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Grass Valley, entreprise qui procure du matériel et des services de production aux principaux réseaux de télé du monde entier, vient d’être achetée pour au moins 353 millions US par la firme américaine d’investissement privé Black Dragon Capital. Grass Valley compte déjà 400 de ses 1400 employés à Montréal.

« Nous voulons que Montréal devienne notre principal hub mondial, en assumant que nous pouvons conclure une bonne entente avec les gouvernements [et Investissement Québec]. L’entreprise a trop de bureaux éparpillés partout dans le monde. Nous voulons moins de bureaux, mais avec plus d’employés. Nous avons été impressionnés par nos discussions avec le ministre [de l’Économie du Québec, Pierre] Fitzgibbon. Nous regardons plusieurs endroits [pour ces emplois], mais le Québec est notre premier choix. Montréal a du talent en technologie, nous pouvons trouver assez d’employés qualifiés à Montréal », dit Louis Hernandez, fondateur et PDG de la firme Black Dragon Capital, en entrevue avec La Presse.

Grass Valley est une entreprise de technologie plutôt discrète. C’est probablement une déformation professionnelle : l’entreprise travaille derrière les caméras dans le milieu de la télé et du divertissement. Elle procure l’équipement et la technologie pour la diffusion en direct de grands évènements sportifs, comme les Jeux olympiques, ou encore de bulletins d’informations.

Ses clients, par contre, sont très connus : Disney, ESPN, ABC, Fox, CBS, NBC, CBC, BBC. « Environ 90 % des grandes entreprises médias du monde entier utilisent nos services », dit M. Hernandez. Les géants du numérique comme Facebook, Amazon, Microsoft, YouTube et LinkedIn aussi.

Moins de bureaux

Black Dragon a annoncé en février dernier l’acquisition de Grass Valley à un prix minimal de 353 millions US (ce prix pourrait être augmenté jusqu’à 633 millions US selon les résultats financiers de l’entreprise au cours des prochaines années). Black Dragon a acheté Grass Valley des mains de Belden, entreprise américaine d’une valeur de 1,5 milliard US inscrite à la Bourse de New York. La transaction doit être conclue officiellement au cours des prochaines semaines.

Le plan d’action de Black Dragon : garder les 1400 employés de l’entreprise dans le monde, mais les réunir dans moins de bureaux. Grass Valley a déjà 400 employés à Montréal. Ce n’est pas étonnant : l’entreprise a été fondée (sous le nom de Miranda Technologies) à Montréal en 1990. Elle a été inscrite à la Bourse de Toronto de 2005 jusqu’à son acquisition par Belden en 2012 pour 377 millions CAN.

Le nouveau propriétaire de Grass Valley veut accélérer les services et la technologie infonuagiques offerts à ses clients, ce qui leur permettra de réduire les coûts de production. « Il y a une transition vers ce modèle [infonuagique] », dit M. Hernandez.

Évoquant sa politique, Investissement Québec n’a pas souhaité commenter ses discussions avec Grass Valley.