Les actionnaires de la Corporation aurifère Monarques ont approuvé mercredi la transaction de 200 millions de dollars avec la société Yamana Gold afin de lui vendre des actifs d’envergure situés en Abitibi, en échange d’actions et de comptant.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

D’une part, il s’agit du projet aurifère Wasamac, situé à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Rouyn-Noranda et dont les ressources mesurées et indiquées sont estimées à 2,5 millions d’onces d’or.

« C’est un gros gisement dont Monarques n’avait pas les moyens de développer jusqu’à la mise en production, contrairement à Yamana Gold qui pourra l’amener à son plein potentiel, d’où la valeur de la transaction », a indiqué le président et chef de la direction de Monarques, Jean-Marc Lacoste, lors d’un entretien avec La Presse.

D’autre part, la transaction avec Yamana comprend la propriété minière et l’usine aurifère Camflo, deux actifs en arrêt prolongé de remise en valeur qui sont situés à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Val-d’Or.

Mais avant de conclure l’achat de toutes ses actions par Yamana Gold, Monarques a créé une nouvelle société, Corporation minière Monarch, qui deviendra propriétaire des autres actifs miniers de l’entreprise d’origine.

Tous situés en Abitibi, ces actifs comprennent la mine Beaufor, les propriétés McKenzie Break, Croinor Gold et Swanson, ainsi que la mine et l’usine de première fonte d’or Beacon Gold.

En fait, les actions de cette nouvelle société Monarch font partie de la contrepartie totale estimée à 63 cents par action de Monarques prévue dans la transaction avec Yamana.

Pour chacune de leurs actions, les actionnaires de Monarques recevront une portion de 19,2 cents en argent comptant, une deuxième portion en 0,0376 action de Yamana et une troisième portion composée de 0,2 action de la nouvelle société Monarch.

Cet arrangement complexe d’achat d’actions et de transfert d’actifs miniers avait d’abord été convenu en novembre entre les conseils d’administration de Monarques et de Yamana.

Il a été approuvé à la quasi-unanimité (99,9 %) parmi les actionnaires de Monarques lors d’un vote en assemblée extraordinaire, mercredi, qui a eu lieu en webdiffusion selon les règles sanitaires de pandémie. Les prochaines étapes d’approbation réglementaire de cette transaction sont prévues d’ici la fin de janvier, notamment en Cour supérieure du Québec et auprès des autorités boursières.

En Bourse, mercredi, les investisseurs ont acquiescé à l’appui massif des actionnaires de Monarques pour la transaction avec Yamana en faisant remonter le cours de ses actions de 3,7 %, aux environs de 55 cents par unité, tout proche de leurs récents sommets de valeur en 4 ans.

À 200 millions de valeurs totales, notre transaction d’actions et d’actifs avec Yamana Gold s’avère l’une des plus importantes depuis des années parmi les entreprises aurifères de propriété et de direction québécoises.

Jean-Marc Lacoste, président de Monarques

« Aussi, le montant de cette transaction pour une partie des actifs de Monarques démontre tout le chemin parcouru en quelques années pour la mise en valeur de nos propriétés et de nos activités aurifères en Abitibi. Au bénéfice de l’économie régionale, avec quelque 200 emplois directs, et de nos principaux investisseurs, dont la Caisse de dépôt et placement et Investissement Québec. »

L’avenir

Et pour la suite ? Avec la nouvelle entreprise Monarch, après sa réinscription en Bourse sous l’appellation GBAR ?

« La conclusion de la transaction avec Yamana comprend un apport de 14 millions en liquidités dans le bilan initial chez la nouvelle Monarch, ce qui nous permet de poursuivre les travaux et les investissements de remise en production de la mine Beaufor qui est prévue en fin d’année 2021 », indique Jean-Marc Lacoste.

« Par la suite, cette relance de Beaufor augmentera le volume de minerai traité à notre usine de concentration et de première fonte d’or à notre site Beacon Gold. Et ce, alors que les perspectives du marché de l’or s’annoncent très favorables pour l’avenir prévisible. »