(Ottawa) Le ministre fédéral de l’Innovation, Navdeep Bains, défend le programme fédéral de « supergrappes », à la suite d’un rapport peu optimiste du directeur parlementaire du budget.

La Presse Canadienne

Le ministre Bains soutient que ces « supergrappes », qui mettent en commun le financement public et les investissements privés pour promouvoir l’innovation, réussissent à commercialiser des idées et à créer des emplois pour la classe moyenne.

Il estime que les projets financés par les cinq secteurs de « supergrappes », notamment l’intelligence artificielle, la fabrication et l’agriculture, ont généré 6100 emplois dans plus de 220 projets depuis trois ans et demi.

À ceux qui soutiennent que la performance du programme n’a pas répondu aux attentes jusqu’ici, le ministre Bains souligne que le plein potentiel d’une telle initiative se mesure sur une période de cinq à dix ans.

Le gouvernement fédéral a prévu que l’initiative de 918 millions sur cinq ans créera 50 000 emplois, qu’elle fera augmenter le PIB de 50 milliards sur 10 ans et qu’elle accélérera l’innovation. Le directeur parlementaire du budget a estimé plus tôt ce mois-ci que le programme pourrait entraîner la création de 27 341 emplois directs sur les cinq ans de sa mise en œuvre. Il conclut que l’initiative est peu susceptible d’atteindre ses objectifs de dépenses et de croissance de l’emploi.

Les préoccupations du directeur parlementaire du budget s’ajoutent aux critiques du Conseil canadien des innovateurs, qui soutient que le programme ne parvient pas à conserver la propriété intellectuelle d’innovations développées grâce au financement public.