Le soleil d’Hawaii est décidément profitable à Innergex. Après avoir remporté deux appels d’offres de l’État américain en 2018, l’entreprise longueuilloise a annoncé jeudi avoir signé deux autres contrats pour le stockage de l’énergie provenant de deux futurs parcs éoliens totalisant 35 mégawatts.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Le contrat, d’une somme globale qui n’a pas été dévoilée, est d’une durée de 25 ans. Innergex, dont Hydro-Québec est devenue le principal actionnaire à 20 % en février dernier, sera responsable du stockage dans des batteries de l’électricité produite par le projet solaire Barbers Points, dans l’île d’Oahu, et de Kahana, dans l’île de Maui. La mise en service est prévue en 2023. Innergex devra fournir les infrastructures pour emmagasiner quatre heures de production quotidienne de ces deux centrales, soit une capacité de stockage totale de 140 MWh.

En comparaison des gigantesques projets d’Hydro-Québec – La Romaine à elle seule peut produire 1550 MW, soit 44 fois plus –, ces projets sont modestes, reconnaît Michel Letellier, PDG d’Innergex. « Mais pour les projets de stockage solaires, ce n’est pas si petit. Tesla a annoncé 100 MW en Australie il y a deux ans, et c’était un des plus gros projets du monde. »

PHOTO ANDREW MONIA, FOURNIE PAR INNERGEX

Michel Letellier, PDG d’Innergex

Remplacer les barrages

Le principal intérêt du contrat hawaiien est la percée technologique et l’engagement à long terme sur 25 ans, estime-t-il. « Il y a beaucoup à apprendre avec notre client, Hawaiian Electric Company, qui a un plan agressif pour se débarrasser de tout ce qui est énergie fossile. Les applications les plus faciles sont faites au début, mais ça va devenir de plus en plus compliqué du fait que ce sont des îles. Il faut trouver des façons de stocker l’énergie, et Hawaii peut devenir un bel exemple. »

Les deux contrats annoncés sont soumis à l’approbation de la Public Utilities Commission d’Hawaii. Lourdement tributaire d’énergies fossiles pour la production d’électricité, le pétrole et le charbon représentant 83 % des sources utilisées, Hawaii entend miser à 100 % sur des énergies renouvelables d’ici 2045.

Innergex se trouve maintenant associée depuis 2018 à quatre projets de la Hawaiian Electric Company, l’équivalent local d’Hydro-Québec. Il y a deux ans, l’entreprise longueuilloise avait été retenue pour le stockage de l’énergie de deux parcs solaires, dans les îles d’Hawaii et de Maui, totalisant 45 MW. La mise en service de ces projets est prévue en 2022.

Le Québec, note le PDG d’Innergex, est particulièrement choyé de pouvoir compter sur l’hydroélectricité, dont les réservoirs constituent à leur façon des batteries naturelles.

« Pour des endroits comme Hawaii qui n’ont pas de grands barrages, il faut trouver des façons de stocker l’énergie produite le jour pour l’utiliser le soir et la nuit. C’est un secteur d’avenir très porteur. Ce sont des projets qui vont nous permettre d’avoir une bonne feuille de route quand on va vouloir s’installer à d’autres endroits. »

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Cette entreprise de 410 employés, fondée à Longueuil en 1990, est spécialisée dans le développement, l’acquisition et l’exploitation de dizaines de centrales – hydroélectriques, éoliennes, solaires et stockage – produisant de l’énergie renouvelable. Elle est présente au Canada, aux États-Unis, en France et au Chili et gère 75 installations totalisant une production nette de 2742 MW. En début d’année, Hydro-Québec a investi 661 millions pour obtenir 19,9 % du capital-actions du producteur privé d’énergie, à 19,08 $ l’action. Le cours en date de jeudi était de 22,64 $.