(New York) Le conseiller du président Donald Trump pour les affaires latino-américaines, Mauricio Claver-Carone, a été élu samedi sans surprise à la présidence de la Banque interaméricaine de développement (BID), selon un communiqué de l’institution.

Agence France-Presse

M. Claver-Carone, un avocat américain d’origine cubaine de 45 ans, était le seul candidat à ce poste et prendra ses fonctions le 1er octobre pour un mandat de 5 ans.

Il a obtenu le vote de 30 gouverneurs de la BID, dont 23 de pays sud-américains et, selon une source basée à Washington, un total de 66,8 % des suffrages.  

« Je souhaite remercier l’ensemble de nos partenaires régionaux pour avoir maintenu l’intégrité du processus électoral et pour partager notre vision commune d’une BID plus forte et plus réactive », a réagi M. Claver-Carone dans un communiqué.

Son élection rompt la tradition d’une institution jusqu’alors toujours dirigée par un Latino-Américain et a provoqué l’agacement de plusieurs pays d’Amérique du Sud, dont l’Argentine et le Chili.

Ces nations ont exprimé des craintes que le nouveau responsable ne sape l’une des institutions capables d’amortir le coût de la pandémie de COVID-19.

Le vote initial, prévu en mars, avait d’ailleurs été reporté en raison de la pandémie.

L’Argentine avait appelé à s’abstenir et le Chili évoqué la possibilité d’annuler l’élection.

La candidature victorieuse de M. Claver-Carone est un succès pour la diplomatie américaine et avait le soutien de plusieurs pays alliés du président Donald Trump tels que le Brésil, la Colombie et la Bolivie.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s’est d’ailleurs félicité de l’élection de M. Claver-Carone, qu’il a qualifié de « grand défenseur des institutions démocratiques ». « Les États-Unis se réjouissent de coopérer étroitement avec lui pendant son mandat à la tête de cette organisation essentielle », a ajouté M. Pompeo dans un communiqué.

Les États-Unis sont le principal actionnaire de la BID, à hauteur de 30 %.

Décrit comme un conseiller intransigeant, M. Claver-Carone, a contribué à façonner la politique dure de l’administration américaine envers Cuba et le Venezuela.

Son élection intervient également à moins de deux mois de l’élection présidentielle américaine de novembre.