(Toronto) L’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) a affiché mardi un rendement de 3,1 %, déduction faite de tous ses coûts, pour son exercice financier clos le 31 mars.

La Presse canadienne

L’actif net du gestionnaire de fonds établi à Toronto a totalisé 409,6 milliards, une somme en hausse par rapport à celle de 392,0 milliards de la fin de l’exercice précédent.

L’augmentation annuelle de 17,6 milliards comprenait un bénéfice net de 12,1 milliards tiré des investissements, après les dépenses. Le reste, soit 5,5 milliards, est composé des cotisations nettes au Régime de pensions du Canada (RPC).

L’OIRPC est un gestionnaire de fonds indépendant du régime de retraite national. Il investit les sommes dont le RPC n’a pas besoin pour verser ses prestations de retraite courantes. Les Québécois ne contribuent pas au RPC, puisqu’ils ont leur propre régime de retraite provincial, géré par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le compte de base du RPC a clôturé l’exercice avec un actif net de 407,3 milliards, en hausse par rapport à celui de 391,6 milliards au 31 mars 2019. Son compte supplémentaire a pour sa part vu son actif net grimper à 2,3 milliards, comparativement à 400 millions un an plus tôt.

Le RPC de base et le RPC supplémentaire diffèrent quant aux cotisations, au revenu de placement et aux cibles du niveau de risque.