(Sao Paulo) Le titre d’Embraer a chuté de 7,49 % lundi à la clôture de la Bourse de Sao Paulo, à l’issue de la première séance boursière suivant l’annonce samedi par Boeing de son renoncement à racheter les activités civiles de l’avionneur brésilien.

Agence France-Presse

Le cours de l’action du troisième avionneur mondial a dégringolé de plus de 15 % à l’ouverture, avant de limiter les pertes en fin de séance, alors que l’indice Ibovespa terminait sur une hausse de 3,86 %.

Boeing a affirmé samedi avoir exercé son droit à ne pas exécuter l’accord estimant qu’« Embraer n’a pas satisfait les conditions nécessaires », alors que les transactions devaient être finalisées au 24 avril.

Mais l’entreprise brésilienne a accusé dans la foulée le géant américain d’avoir eu recours à des « arguments fallacieux » pour ne pas avoir à remplir son engagement.  

Le patron d’Embraer a annoncé lundi dans une lettre aux actionnaires qu’une procédure d’arbitrage avait été lancée, sachant que le groupe avait fait part au préalable de son intention de poursuivre Boeing pour les dommages occasionnés.

Selon l’agence Bloomberg, le groupe américain pourrait avoir à payer jusqu’à 100 millions de dollars de frais d’annulation.  

Selon le protocole d’accord noué en juillet 2018, Boeing devait prendre le contrôle, à 80 % et pour 4,2 milliards de dollars, d’une co-entreprise comprenant la division d’Embraer produisant des avions commerciaux de 30 à 150 sièges. Embraer devait conserver les 20 % restants.

Lundi, le président brésilien Jair Bolsonaro a affirmé que le gouvernement, qui dispose d’un pouvoir de veto (golden share) sur toute décision majeure concernant Embraer, envisageait d’« entamer des négociations avec une autre entreprise ».

Selon le groupe brésilien, Boeing ne souhaitait plus mener à bout l’opération « au vu de sa propre condition financière » et des problèmes entourant « le 737 MAX, d’autres activités et sa réputation ».

L’ensemble du secteur aéronautique est plongé dans une crise profonde, les compagnies multipliant les annulations de commandes en raison des mesures de confinement imposées un peu partout dans le monde pour enrayer la propagation de la COVID-19.

Le 26 mars, Embraer avait annoncé une perte nette de 209,8 millions de dollars au quatrième trimestre 2019, terminant l’année largement dans le rouge, avec une perte cumulée de 322,3 millions de dollars.  

L’entreprise, qui a perdu près de 60 % de sa valeur boursière depuis le début de l’année, avait alors indiqué qu’il était impossible de faire des prévisions pour 2020 en raison de l’impact dévastateur de la crise sanitaire.