(New York) David Solomon, le PDG de Goldman Sachs, va toucher 27,5 millions de dollars, soit une augmentation de 20 %, au titre de sa rémunération de 2019, une annonce susceptible d’intensifier le débat en cours aux États-Unis sur un sauvetage des grandes entreprises avec l’argent des contribuables.

Agence France-Presse

La rémunération de M. Solomon inclut un salaire de base de 7,65 millions de dollars en numéraire et 17,85 millions en stock-options associés à la performance de la firme, selon un document adressé au gendarme de la Bourse, la SEC.

M. Solomon, 58 ans, qui était devenu PDG en octobre 2018, avait touché 23 millions de dollars au total cette année-là.

John Waldron, le numéro 2 de la firme, va toucher 22 millions de dollars et Stephen Scherr, le directeur financier, 20 millions.

L’annonce de ces rémunérations tombe au mauvais moment et risque de servir d’argument aux opposants à un renflouement sans conditions des grandes entreprises, notamment les compagnies aériennes et l’aéronautique (Boeing), avec l’argent public.

Il est reproché à ces sociétés, affectées par la pandémie de coronavirus, d’avoir consacré leurs liquidités à choyer leurs actionnaires, via des programmes de rachats d’actions, lors des cinq dernières années au lieu de constituer des réserves pour d’éventuels coups durs.

Goldman Sachs explique que la hausse de rémunération de M. Solomon tient à sa performance lors de l’année écoulée.  

M. Solomon a lancé récemment un plan stratégique, mettant l’accent sur la banque de détail via la plateforme en ligne Marcus et un partenariat avec Apple dans la carte bancaire.

Goldman Sachs veut également économiser 1,3 milliard de dollars, ce qui passe par des départs de cadres dirigeants avec des hauts salaires et une réorganisation de certaines fonctions.

La banque fait toutefois encore face à des enquêtes des autorités aux États-Unis et en Malaisie pour son rôle dans le scandale politico-financier du fonds souverain 1MDB.

Cette affaire a affecté les résultats de Goldman Sachs l’an dernier : le bénéfice net annuel a chuté de 20 % à 7,9 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires de 36,5 milliards, en baisse de 0,2 %.

Le titre Goldman Sachs a néanmoins progressé de 38 % à Wall Street en 2019.

David Solomon n’est pas le PDG le mieux payé du secteur bancaire. Ce titre revient à Jamie Dimon de JP Morgan Chase avec 31,5 millions, en hausse de 1,6 %

James Gorman, le PDG de Morgan Stanley, a lui touché 27 millions de dollars, en baisse de 6,9 %.