(New York) Les actions de sociétés de biotechnologies spécialisées dans la fabrication de vaccins bondissaient cette semaine à Wall Street alors qu’un nouveau virus mortel se répandait en Chine, où les autorités ont confiné des villes entières.  

Agence France-Presse

Le laboratoire Novavax, par exemple, bondissait de 11,42 % vers 16 h GMT à la Bourse de New York après avoir annoncé qu’il avait « initié le développement d’un vaccin » contre le nouveau coronavirus, dont la transmission peut se faire d’humain à humain et qui a déjà fait 17 morts.

Des expertises sur le SRAS, la grippe aviaire et l'Ébola

Le groupe a par le passé effectué des recherches sur le Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et développé un vaccin contre la grippe H7N9.

NanoViricides, qui travaille sur des traitements contre divers virus comme la grippe aviaire ou Ebola, s’envolait de son côté jeudi de 36,91 %. La valeur de son titre avait plus que doublé en Bourse mardi avant de s’effondrer mercredi après l’annonce de l’émission d’actions supplémentaires devant rapporter à l’entreprise 7,5 millions de dollars, mais diluant aussi la valeur de chaque titre.

Moderna, qui a indiqué travailler avec les autorités sanitaires américaines « sur une potentielle réponse vaccinale à l’actuelle urgence sanitaire », a pris 6,5 % en deux séances et s’appréciait encore jeudi de 1,37 %.  

Inovio montait pour sa part de 6,68 % après avoir reçu une subvention de 9 millions de dollars de la Coalition pour des innovations à la préparation des épidémies (CEPI, Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), un organisme mis en place au lendemain de l’épidémie d’Ebola en 2017. La biotech avait déjà reçu 56 millions de dollars de cette organisation pour des recherches sur le MERS.