Les marchés ont grimpé et grimpé encore. Durant la décennie, des projets ont été lancés par des entrepreneurs, de bons coups ont été salués, d’autres moins. Voici, en images, un rappel de quelques moments marquants de la vie économique.

La Presse

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Vincent Lacroix a marqué l’actualité dans la première décennie du XXIe siècle, mais il n’est sorti du pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines qu’en janvier 2011. Il était incarcéré depuis octobre 2009 pour avoir orchestré une fraude de 113,5 millions de dollars auprès de 9200 investisseurs. On voit ici l’ancien président de Norbourg arriver à sa maison de transition dans le quartier Saint-Henri.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Le Québec a produit quelque 142 millions de douzaines d’œufs en 2018, grâce à plus de 5,2 millions de poules pondeuses. Les quelque 980 producteurs d’œufs génèrent des revenus annuels de 216 millions. En 2011, La Presse avait visité les installations de Nutri-Œuf, à Saint-Hyacinthe, qui classe et commercialise des œufs de producteurs québécois et canadiens.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Dans la très exigeante industrie de la mode, les créateurs sont des entrepreneurs audacieux. En témoigne aussi cette photo prise dans le cadre de la Semaine de mode de Montréal, en 2011. Dans l’ordre habituel, José-Manuel St-Jacques, Simon Bélanger, Anastasia Lomonova, Philippe Dubuc et Denis Gagnon.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Michael Sabia aura dirigé la Caisse de dépôt et placement du Québec pendant l’ensemble de la décennie. Alors que sa nomination a été largement critiquée en 2009, l’ancien patron de BCE a confondu les sceptiques. La Caisse s’est relevée de la débâcle de 2008 et a enregistré de bons résultats au fil des années. M. Sabia a notamment poussé la Caisse vers davantage d’investissements dans les infrastructures, jusqu’à construire et éventuellement exploiter un réseau comme le REM. Sur la photo, M. Sabia arrive à la conférence de presse sur les résultats annuels de l’institution, en février 2012.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Le tourisme est une activité économique universelle, qui peut servir à peu près toutes les collectivités. En juin 2013, La Presse a visité le village côtier de Battle Harbour, au Labrador, qui voulait se convertir en lieu touristique tout confort et attirer notamment les observateurs d’icebergs.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Pénurie de main-d’œuvre oblige, si la tendance se maintient, le Québec aura reçu en 2019 un plus grand nombre de travailleurs étrangers sur son territoire qu’au cours des 10 dernières années. Il y a trois ans, la crise actuelle ne faisait que commencer même si, dans certains secteurs, on utilisait déjà des travailleurs étrangers. Sur notre photo, un travailleur du Guatemala récolte des canneberges à Saint-Louis-de-Blandford, chez Canneberges Bécancour.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

En mai 2020, les Fermes Lufa récolteront les premières tomates semées dans leur toute nouvelle serre actuellement en construction dans l’arrondissement de Saint-Laurent. Selon Lufa, ce projet de 163 000 pieds carrés fera de l’entreprise montréalaise la plus grande ferme urbaine sur toit au monde. Au début de 2017, l’entreprise inaugurait sa troisième serre à Anjou. L’installation de Saint-Laurent servira principalement à récolter des tomates et des aubergines.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

La grande majorité des Québécois en sont clients ou membres. La Presse a réuni à l’automne 2017 les patrons de trois grandes institutions financières du Québec pour participer à une table ronde sur l’économie et les services financiers. Guy Cormier, président du Mouvement Desjardins, François Desjardins, président et chef de la direction de la Banque Laurentienne, et Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale, avaient alors pris la pose en pleine rue Saint-Jacques, dans le Vieux-Montréal.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Le Québec est le premier producteur de porcs d’abattage au pays, et près de 40 % de l’abattage de porcs au Canada est fait dans la province. L’industrie porcine québécoise procurait, en 2018, 28 000 emplois répartis dans plus de 2000 entreprises, selon le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Pourtant, 2018 a été une dure année pour les producteurs québécois comme Serge Ménard à cause de la faiblesse des prix sur les marchés internationaux. Le Québec est le plus important exportateur de viande de porc du Canada. Il a fourni 43 % des exportations canadiennes de viande de porc en 2018.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

De Deux-Montagnes à Sainte-Anne-de-Bellevue jusqu’au sud du Quartier DIX30 en passant par l’aéroport Montréal-Trudeau, le Réseau express métropolitain (REM)
prend forme. Sur notre photo, la construction de la future structure aérienne du REM dans l’ouest de l’île de Montréal va bon train. Les dépassements de coûts envisagés pour le REM pourraient faire grimper la facture totale à plus de 7,5 milliards de dollars. Officiellement, le REM est un projet de 6,3 milliards, répète CDPQ Infra, filiale de la Caisse de dépôt,
dans ses documents. L’ouvrage est déjà considéré comme un des principaux legs du PDG de la Caisse de dépôt Michael Sabia.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Le PDG de Québecor, Pierre Karl Péladeau, lors de la première édition d’Impulsion MTL, le Forum international sur la gestion des parcs de véhicules. Que faisait le magnat de la presse à cet événement ? M. Péladeau a racheté en avril 2019 les principaux actifs de Taxelco, la maison-mère de Téo Taxi. Le patron de Québecor a réalisé la transaction par l’entremise de son holding personnel Placement Saint-Jérôme dans le but de lancer une nouvelle entreprise de transport. Taxelco regroupe Taxi Diamond, Taxi Hochelaga et Téo Techno, qui possède la technologie derrière Téo Taxi.