Quels sont les meilleurs cabinets d'avocats d'affaires du monde? Si vous n'êtes pas du milieu juridique, vous n'en avez probablement aucune idée, mais si vous êtes avocat, vous vous êtes sûrement précipité lundi dernier sur le site de Chambers & Partners pour le savoir. L'éditeur britannique, reconnu mondialement pour la qualité de ses répertoires juridiques, y dévoilait le Chambers Global 2011: The World's Leading Lawyers for Business, son tout dernier cru en la matière, et dans lequel sont répertoriés et classés des centaines de cabinets et d'avocats provenant de 180 pays.

Mis à jour le 24 mars 2011
René Lewandowski, collaboration spéciale LA PRESSE

Il s'agit d'une véritable bible pour les avocats internes et dirigeants d'entreprise du monde entier, car ils peuvent s'en servir lorsqu'ils ont besoin de talent juridique pour des projets dans des régions spécifiques du globe. Un investissement en Chine? Pas de problème, en quelques clics, on peut savoir quels cabinets sont les mieux outillés et quels sont les meilleurs avocats de la place. Un projet immobilier au Brésil? Aucun souci, le site permet de faire des recherches par pays et par domaines de pratique. On trouve même des avocats afghans!

Tous les cabinets du monde sont invités à soumettre de l'information sur leur organisation à Chambers, dont l'armée de recherchistes passe ensuite environ neuf mois à scruter chacun des cabinets et ses avocats. On interview même les clients pour vérifier... Un travail de moine, il faut bien le dire, d'autant plus que seulement 5% des avocats suggérés se retrouvent avec une mention dans le répertoire. Mais, quand on y est, c'est une grosse affaire pour un cabinet ou un avocat, car il sait qu'un client, quelque part dans le monde, pourra désormais le remarquer et lui lâcher un coup de fil.

Les cabinets et avocats sont classés par catégories de 1 à 6, 1 étant les meilleurs. Il y a aussi d'autres catégories selon lesquelles les avocats peuvent être reconnus comme «individus exceptionnels» ou comme «étoiles» lorsqu'ils sont recommandés par des clients pour leur expertise dans un domaine spécifique.

Au Canada, c'est...

Au Canada, 65 cabinets et près de 1000 avocats sont répertoriés dans l'édition 2011. McCarthy Tétrault trône en tête du classement parmi les firmes canadiennes. Le cabinet a été classé dans la première tranche dans 10 des 21 domaines de pratique analysés par Chambers Partners. La compétition fut par contre féroce avec Blakes, ce dernier récoltant neuf premières positions. À leurs côtés, dans les cinq premières positions: Osler, Hoskin & Harcourt, Stikeman Elliott et, enfin, Davies Ward Phillips & Vineberg.

Le plus intéressant est toutefois de pouvoir comparer les cabinets par domaines de pratique. Car c'est souvent par cette voie que l'on choisit ses avocats. C'est aussi là que l'on remarque à quel point les cabinets sont de plus en plus spécialisés. Voici quelques exemples dans des domaines clés.

Fusions et acquisitions

Pas de grosse surprise ici, les pancanadiens Blakes, Davies, Osler et Stikeman, de même que l'ontarien Goodmans se retrouvent dans la tranche 1. McCarthy et Torys dans la tranche 2. Fasken, Ogilvy et Bennet Jones, sont dans la tanche 3. Fait intéressant, Chambers relève aussi les avocats clés. Constat évident, peu proviennent des bureaux de Montréal, sauf chez Osler avec Brian Levitt et Robert Yalden, et chez Stikeman, où l'on en dénombre cinq, dont le grand patron, Pierre Raymond.

Litige et résolution de conflits

Dans cette catégorie, Chambers fait une exception en classant les cabinets par province. Au Québec, seuls deux cabinets se classent dans la tranche 1, Ogilvy Renault et Stikeman Elliott. Quatre avocats d'Ogilvy sont soulignés, soit Christine Carron en recours collectifs, Jean Bertrand en litige commercial, Pierre Bienvenu en arbitrage international, de même que William Hesler, en recours collectifs et litige commercial. Chez Stikeman, Louis Bélanger, Michel Décary et Yves Martineau sont soulignés. Chambers note cependant le départ de la super plaideuse Suzanne Côté, partie il y a quelques mois chez Osler.

Droit du travail et de l'emploi

Seulement deux cabinets se hissent dans la tranche 1, Heenan Blaikie et Ogilvy Renault. Rien d'étonnant pour ceux qui suivent l'actualité juridique, ces deux firmes sont habituellement les plus citées dans ce domaine de pratique. Cinq avocats de Heenan sont recommandés, dont Robert Bonhomme, qui pratique du bureau de Montréal. Ogilvy en a deux, dont Martin Rochette, du bureau de Montréal.

Propriété intellectuelle

La propriété intellectuelle est un secteur en pleine croissance. Il est dominé au Canada à la fois par des grands et moins grands cabinets. Sans surprise, le géant Gowlings se retrouve dans la tranche 1. Chambers le décrit d'ailleurs comme le cabinet le plus reconnu dans le marché. Six avocats sont identifiés comme des individus clés. Mais Gowlings doit partager sa première position avec Smart&Biggar/Fetherstonhaugh, un cabinet moins grand et moins connu mais que Chambers qualifie de haut de gamme en propriété intellectuelle. Le cabinet place même huit de ses avocats comme individus clés, dont François Guay «un des meilleurs à Montréal», indique Chambers.

Vous avez des commentaires? Des questions? Des nouvelles sur la communauté juridique? N'hésitez pas à me contacter.

Pour joindre notre chroniqueur: renelewandowski@droit-inc.com