Que vous soyez jeune ou plus âgé, la gestion de vos placements est avant tout tributaire de votre tolérance au risque. Mais il y a tout de même des habitudes à adopter et des gestes différents à poser si vous avez 20, 30 ou 50 ans! Voici les conseils de deux experts.

Mis à jour le 16 févr. 2009
Caroline Rodgers, collaboration spéciale LA PRESSE

« Peu importe l'âge, il faut d'abord identifier, quantifier et prioriser ses obligations financières, dit Dominique Vincent, gestionnaire de portefeuille chez MacDougall, MacDougall & MacTier. Il est important de déterminer ses projets à court , moyen et long terme. Ceux-ci peuvent changer avec les années, d'où l'importance de réviser son plan d'action sur une base régulière, surtout à l'occasion d'un événement majeur comme un mariage ou une promotion. «

La vingtaine

Dans la vingtaine, il faut prendre le temps de s'informer. Si on n'a pas de caisse de retraite avec son employeur, il faut ouvrir un REER. On peut y contribuer mensuellement par retraits automatiques. La contribution permise est de 18% du revenu, pour un maximum de 20 000$ pour l'année 2008, et de 21 000$ pour 2009.

Dans la vingtaine, on commence sa carrière. « Sachant que plus votre revenu sera élevé, plus votre taux marginal d'imposition sera élevé, il est bon de conserver de l'espace de contribution si vous prévoyez que vos revenus vont augmenter de façon impor tante au cours des années à venir, pour accroître l'avantage fiscal «, dit Mme Vincent.

Il est toutefois impor tant de développer une disciplin pendant qu'on est jeune. On peut tirer avantage du nouveau compte d'épargne libre d'impôt (CELI) dans lequel on peut verser 5000 $ , pour ensuite le transférer dans ses REER quand notre taux d'imposition sera plus élevé.

Si vous prévoyez l 'achat d'une maison, i l faut choisir des placements qui seront accessibles si vous souhaitez les utiliser dans le cadre d'un Régime d'accès à la propriété (RAP).

«Vous ne voulez pas un dépôt à terme de cinq ans si vous voulez devenir propr iétaire dans trois ans, ajoute-t-elle. Il faut que ce soit encaissable pour utiliser les fonds dans le RAP. «

La trentaine et la quarantaine

Les obligations financières s'intensifient dans la trentaine, avec l'achat d'une maison, d'une voiture ou l'apparition d'une jeune famille.

« Il faut apprendre à gérer ses attentes et à vivre selon ses moyens, dit Mme Vincent. Vous pourriez avoir à faire des choix, contribuer ou ne pas contribuer, pour une certaine période. «

Il n'est pas trop tôt pour faire un testament dans la trentaine. Le REER peut parfois transféré sans incidence fiscale à votre conjoint, en cas de décès. N'oubliez pas d'inclure le CELI dans votre planification financière.

Et dans la quarantaine, c'est le temps de maximiser ses REER. Dès que vous avez atteint vos contributions maximales, s'il y a encore des montants disponibles, profitez des avantages du CELI.

La cinquantaine

À partir de cinquante ans, on doit commencer à transformer son portefeuille de croissance en portefeuille de revenus pour sécuriser ses revenus de retraite, selon Gaétan Ruest, directeur de la plani fication stratégique de portefeuille au Groupe Investors.

«Il faut commencer à transférer des montants de façon régulière de la partie du portefeuille qui est en actions vers des placements moins volatiles, comme des obligations, ou d'autres instruments à revenu fixe», dit M. Ruest.

Cependant, n'allez pas trop vite. Dans la période actuelle, où les marchés viennent de connaître une forte baisse, il n'est pas avisé de commencer à vendre la partie risquée pour acheter des obligations. Mieux vaut attendre que les marchés rebondissent avant de vendre.

« Si l'on vend maintenant, on va enregistrer des pertes et on va manquer la remontée qui suit généralement un déclin des marchés «, ajoute-t-il.

Il faut aussi tenir compte des années qui vous séparent encore de la retraite pour répartir le contenu du portefeuille.

« Si on a dix ans avant la retraite, on peut encore se permettre beaucoup de mouvement dans le portefeuille, parce que l'on n'a pas besoin de notre a rgent immédiatement , dit Gaétan Ruest. À moins de cinq ans de la retraite, il faut avoir assez de fonds dans des placements plus stables pour que l'on puisse y puiser des revenus au moment où l'on en aura besoin. «