(Québec) À ce jour, au Québec, il n’existe aucun cas répertorié d’une personne ayant contracté le coronavirus.

Jocelyne Richer
La Presse canadienne

Au cours des derniers jours, six personnes étaient sous observation dans des hôpitaux de Québec et Montréal pour déterminer si elles étaient atteintes du coronavirus. Dans tous les cas, les tests ont été négatifs.

L’information a été fournie vendredi par le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda, qui s’est montré rassurant, en faisant le point sur la situation à travers le Québec.

Mardi, M. Arruda avait indiqué que six voyageurs en provenance de la Chine étaient débarqués au Québec au cours des derniers jours en présentant des symptômes qui pouvaient s’apparenter à ceux associés au virus mortel, soit des troubles respiratoires.

Elles ont été placées aussitôt sous surveillance médicale dans des hôpitaux de Québec et de Montréal pour y subir des tests. Déjà, mardi, l’une d’elles avait reçu son congé.

Les cinq autres étaient toujours sous observation, mais elles ont appris vendredi qu’elles n’avaient pas contracté le virus qui ébranle la Chine.

« Il n’y a aucun nouveau cas de coronavirus pour l’instant au Québec, ni au Canada », a assuré M. Arruda.

Cependant, par mesure préventive, il ne faudrait pas se surprendre de voir d’autres personnes dans les semaines qui viennent faire elles aussi l’objet d’une surveillance médicale en relation avec ce virus, a dit le principal responsable de la santé publique au Québec.

Et si jamais on découvrait qu’une personne a effectivement contracté le virus potentiellement mortel, le Québec ne serait pas pris au dépourvu, ayant déjà pris toutes les mesures requises pour empêcher la maladie de se propager, a insisté M. Arruda, convaincu que les autorités de santé publique n’avaient pas dormi « sur la switch » ces derniers temps.

Car, chose certaine, « le réseau (de la santé) est prêt à faire face à une éventuelle apparition de cas », selon lui.

« Notre réseau de la santé est sous tension » et prêt à toute éventualité, assure-t-il, exhortant la population à ne pas céder à une peur irrationnelle et non fondée, alors que la Chine multiplie les mesures drastiques visant à contenir l’éclosion.

Dans le contexte actuel, au Québec, « la population en général n’a pas à s’inquiéter », selon M. Arruda.

Les principaux symptômes sont la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. Ils apparaissent dans les 14 jours suivant la contamination.

Au Québec, comme ailleurs dans le monde, des instructions ont été données par les autorités gouvernementales pour détecter d’éventuels cas problèmes dans les aéroports et dans les salles d’urgence des hôpitaux.