Derrière le gel des charges fiscales se cachent des comptes d'impôt foncier bien différents, selon l'arrondissement dans lequel on vit.

Karim Benessaieh LA PRESSE

La bonne nouvelle: pour un demi-million de Montréalais vivant dans quatre arrondissements, il y aura baisse globale du fardeau fiscal. Ahuntsic-Cartierville, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Plateau-Mont-Royal et Ville-Marie offrent ainsi un cadeau à la plupart de leurs résidants.

 

Pour le million de Montréalais des 15 autres arrondissements, il y aura une hausse de la charge fiscale globale en 2009. Cette hausse sera à peine perceptible dans Rosemont-La Petite-Patrie ("0,10%), mais nettement plus salée à Verdun, Anjou ("2,80%) et Montréal-Nord ("2,90%).

Mais, patience, avant d'inonder les bureaux de la Ville de plaintes: il s'agit dans les exemples précédents de «charge fiscale globale» sur les immeubles de cinq logements et moins. Autrement dit, le groupe formé de tous les propriétaires de ces immeubles paiera globalement plus d'impôts fonciers dans 15 arrondissements, et moins dans les quatre autres.

Il est donc possible en théorie d'habiter sur le Plateau-Mont-Royal, où la charge fiscale globale va baisser de 0,9%, et d'avoir une facture d'impôts fonciers plus élevée en 2009.

Comment s'y retrouver? Relativement simple. Pour connaître le montant de sa facture, il faut d'abord disposer d'une information de base, l'évaluation de sa maison pour 2009. Les bâtiments de l'île de Montréal ont été réévalués - la plupart à la hausse - en 2007 et, pour amoindrir le choc, la Ville a accepté d'étendre les hausses sur quatre ans. Et 2009 est la troisième année de cet étalage: il faut donc prendre 75% de la hausse subie entre 2006 et 2007, et l'ajouter à la valeur de 2006.

On peut également choisir la solution facile et taper http://evalweb.cum.qc.ca/, où on retrouve l'évaluation au 31 octobre dernier des immeubles de l'île.

Il suffit ensuite d'appliquer l'évaluation au taux moyen 2009 compilé dans le tableau ci-contre. Multipliez l'évaluation par le taux moyen, puis divisez par 100. Pour la maison moyenne montréalaise évaluée à 278 000$, on obtient ainsi un compte «moyen» de 2936$, selon les calculs de la Ville.

Cette maison moyenne n'a évidemment pas la même valeur partout à Montréal. Selon le dernier rôle d'évaluation, l'unifamiliale moyenne la plus coûteuse est dans Outremont. Sa valeur de 819 905$ vaudra une facture salée de 8367$ à son propriétaire.

À l'autre bout du spectre, la maison moyenne dans Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension ne vaut «que» 197 563$, et coûtera 2236$ en impôts fonciers en 2009. Entre les deux, la maison moyenne sur le Plateau-Mont-Royal, évaluée à 393 917$, héritera d'une facture de 4421$.