L’incertitude au sujet de l’échéancier de la construction de la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic est terminée. Le gouvernement Trudeau et la compagnie Canadien Pacifique annoncent avoir conclu une entente qui permettra de respecter l’échéancier pour la conclusion des travaux établi par Ottawa, soit l’automne 2023.

Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance La Presse

Le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, a réussi à surmonter les obstacles qu’avait récemment évoqué le président du Canadien Pacifique, Keith Creel. Selon une source fédérale, la confirmation de cette entente doit être faite jeudi soir.

Les détails de cette entente n’ont toutefois pas été divulgués.

« Il s’agit d’une étape importante en vue d’obtenir les plans et devis ainsi que les autorisations réglementaires nécessaires à la réalisation du projet », a-t-on indiqué jeudi soir.

L’entente prévoit par ailleurs la réalisation de plusieurs études au cours des prochaines semaines portant sur la qualité des sols, de l’eau, de l’habitat du poisson et sur les niveaux sonores ambiants. Le ministère des Transports compte tenir les propriétaires informés et s’engage aussi à minimiser les répercussions des travaux, tout au long de cette campagne d’études.

Le plan d’emprise final est terminé et les négociations avec les propriétaires concernés pourront débuter en vue de l’acquisition des terrains.

Les travaux devraient commencer cet automne.

Dans une récente lettre qu’il a fait parvenir au ministre Alghabra, le PDG du Canadien Pacifique, Keith Creel, avait soutenu que l’échéancier fixé par le gouvernement Trudeau pour entreprendre la construction de la voie de contournement à Lac-Mégantic au printemps 2022 pour une mise en service au plus tard à la fin de 2023, était « irréalisable ».

Il avait ajouté que cet « objectif politique » serait en partie possible seulement si le gouvernement Trudeau procédait rapidement à l’acquisition des terrains pour la construction et supprimait l’application du long processus d’approbation réglementaire habituel.

Il faudrait aussi qu’Ottawa accepte tous les risques financiers liés au déroulement simultané des phases d’ingénierie et de construction. En somme, « les principales contraintes sur le calendrier sont des facteurs que seul le gouvernement peut résoudre », pouvait-on lire dans la lettre datée du 12 avril.

Et il faudrait que toutes ces conditions soient relevées dans les plus brefs délais afin que la construction puisse commencer dès cet automne si l’on veut que la voie de contournement soit mise en service à la fin de 2023.

« Si la construction doit commencer au printemps 2022, la date d’achèvement visée par le gouvernement, à savoir 2023, est irréalisable. La seule solution réaliste pour une conclusion (en grande partie seulement) d’ici la fin 2023 serait que la construction débute cet automne », écrit M. Creel dans sa lettre au ministre Alghabra.

La Presse avait obtenu la lettre du PDG du Canadien Pacifique.

En juillet 2013, 47 personnes ont péri à Lac-Mégantic après qu’un train transportant du pétrole eut déraillé en plein centre-ville, provoquant une explosion qui a détruit une partie de la municipalité.