La Fédération québécoise des municipalités (FQM) doit réécrire sa résolution d’appui à la MRC de Montcalm, dont le nouveau plan d’aménagement est critiqué dans la région montréalaise parce qu’il favoriserait l’étalement urbain.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Le conseil d’administration de la FQM a voté à l’unanimité une résolution d’appui à la MRC de la région de Lanaudière, le 5 décembre dernier. Une copie de la résolution a été envoyée au premier ministre François Legault, à la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest et à la mairesse de Montréal et présidente de la Communauté urbaine de Montréal (CMM), Valérie Plante.

Avec cette résolution, la FQM prend une position opposée à la CMM, qui regroupe 82 municipalités de la région de Montréal.

La même journée, la CMM a en effet demandé à la ministre Laforest de revenir sur sa décision d’autoriser l’entrée en vigueur du schéma controversé de la MRC de Montcalm parce celui-ci ne respecterait pas, selon l’instance régionale, les orientations gouvernementales visant à freiner l’étalement urbain.

Le gouvernement québécois avait autorisé l’entrée en vigueur du schéma modifié de Montcalm le 4 novembre. Ce schéma propose notamment le dézonage de 119 hectares de terres agricoles, soit l’équivalent de 222 terrains de football ou encore 4 fois la superficie du Stade olympique et de son esplanade.

La FQM est l’une des deux principales instances du monde municipal. Elle fédère plus de 1000 municipalités, de même que l’ensemble des municipalités régionales de comté (MRC) du Québec. Elle est reconnue comme le porte-voix des régions rurales et des petites municipalités. L’autre instance du monde municipal, l’Union des municipalités, est reconnue comme le porte-parole des villes-centres.

Affirmation contredite

Dans les arguments avancés par la FQM pour justifier son appui à la MRC, l’organisme affirmait que l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Lanaudière avait donné son accord par résolution à la demande de révision du schéma.

Une affirmation contredite par la principale intéressée. L’UPA l’a clairement expliqué dans une lettre à la ministre Laforest datée du 29 janvier, que La Presse a obtenue.

« La Fédération de l’UPA de Lanaudière souligne qu’elle n’a jamais donné d’avis favorable relativement au règlement numéro 501-2019 de la MRC de Montcalm. D’ailleurs, la prétention de la Fédération québécoise des municipalités dans sa résolution CA-2019-12-05/14, qui stipule que ‘‘l’Union des producteurs agricoles de la région a donné son accord par résolution à la demande de révision’’, nous laisse perplexes », y lit-on.

La Presse a demandé à la FQM vendredi une copie des documents démontrant l’appui donné par l’UPA. Après nous avoir fait acheminer trois documents peu convaincants, la FQM a rappelé La Presse au milieu de l’après-midi pour indiquer que la résolution sera amendée au prochain C.A. pour retirer la mention de l’appui de l’UPA à la démarche de la MRC de Montcalm.

Au téléphone, la DG de l’UPA régionale a exprimé sa satisfaction de la décision de la FQM de réécrire sa résolution. « Il était important que l’on ne se serve pas de l’UPA pour donner l’impression que le milieu agricole de Lanaudière donne son appui au schéma d’aménagement modifié », dit Andréanne Aumont.

Une rencontre est d’ailleurs prévue prochainement entre la MRC de Montcalm et l’UPA de Lanaudière.