Le premier ministre Stephen Harper et ses proches collaborateurs se font souvent accuser par leurs adversaires politiques de vouloir tout maîtriser à Ottawa. Voilà qu'un nombre important de Canadiens croient aussi que le bureau du premier ministre dispose de trop de pouvoirs.

Publié le 24 févr. 2010
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Un sondage réalisé par la firme Nanos révèle en effet que 41,6% des Canadiens disent croire que le bureau du premier ministre est omnipotent et qu'il doit être délesté de certains de ses pouvoirs.

De toutes les institutions énumérées par la firme de sondage - le bureau du premier ministre, le Sénat, le cabinet, la fonction publique, la Cour suprême du Canada et la Chambre des communes -, le bureau du premier ministre est choisi par le plus grand nombre de Canadiens comme ayant trop de pouvoir.

Le Sénat arrive au deuxième rang, 33,4% des personnes interrogées croyant qu'il devrait être réformé pour réduire ses pouvoirs. Paradoxalement, Stephen Harper a fait d'une réforme du Sénat l'un de ses principaux chevaux de bataille depuis son arrivée au pouvoir. Le premier ministre souhaite que les sénateurs soient élus dans la province où il existe un siège vacant et que leur mandat soit limité à huit ans.

Le cabinet fédéral (24,7%), la fonction publique (24,4%), la Cour suprême (18,1%) et la Chambre des communes (13,3%) arrivent ensuite dans l'ordre comme ayant trop de pouvoirs aux yeux des Canadiens.

«Si les conservateurs pouvaient faire adopter leur plan, ils mettraient les bouchées doubles pour réformer le Sénat. Mais si vous posez la question aux Canadiens de tous les jours, le Sénat n'est pas la seule institution qui doit être réformée. Le bureau du premier ministre aussi doit être modifié», a commenté Nik Nanos, président de la firme de sondages.

Les pouvoirs du premier ministre ont été propulsés à l'avant-scène de l'actualité en décembre dernier après que Stephen Harper eut décidé de proroger le Parlement pour la deuxième fois en 12 mois. Cette décision a soulevé la colère des trois partis de l'opposition qui ont accusé le premier ministre de se comporter comme un dictateur qui n'aime pas rendre des comptes à la Chambre des communes.

Cette décision a aussi provoqué des manifestations à la fin du mois de janvier dans les principales villes du pays. Une pétition sur le site de réseautage Facebook a recueilli plus de 200 000 signatures.

Si le plus grand nombre de répondants estiment que le bureau du premier ministre a trop de pouvoir, un nombre presque équivalant croient que M. Harper et ses apparatchiks ont juste assez de pouvoir (40,4%). Seulement 9,3% des répondants affirment que le bureau du premier ministre n'a pas assez d'influence et 8,7% disent ne pas le savoir.

Quelle institution canadienne n'a pas assez de pouvoir ? Les Canadiens interrogés optent pour la Chambre des communes (20,3%) et la Cour suprême du Canada (17,5%).

Ce sondage a été réalisé auprès de 1001 Canadiens du 5 au 8 février. La marge d'erreur est de 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.