« Il faut traiter ces dossiers, ces gens ont droit à une réponse ». C'est le mot d'ordre lancé par Québec solidaire ce dimanche, au cours d'un rassemblement visant à dénoncer la mise au rancart récemment annoncée de 18 000 dossiers d'immigration par le gouvernement Legault.

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD LA PRESSE

Le ministre de l'Immigration Simon Jolin-Barrette veut procéder de la sorte afin d'implanter un nouveau système de traitement des candidatures, qu'il qualifie de plus efficace.

« Dans chacun des 18 000 dossiers touchant 50 000 personnes qui attendent depuis des lustres [...] sommeillent des Québécois et des Québécoises en devenir », a fait valoir Manon Massé, dans une salle qui accueillait environ 150 personnes au Collège Ahuntsic. « Il ne voit pas qu'avec ce projet-là, il s'en prend aux rêves d'autres personnes. »

« Mon collègue Andrés Fontecilla, ma collègue Ruba Ghazal, avant d'être élus à l'Assemblée nationale à nos côtés, ils faisaient partie de ces dossiers. Avant d'être ministres dans le gouvernement Legault, Nadine Girault et Lionel Carmant ont eux aussi été des dossiers », a-t-elle continué.

M. Fontecilla, justement, a affirmé que les dossiers déposés « doivent être traités, peu importe la réponse ». « C'est une question de respect », a-t-il ajouté.

Le ministre Jolin-Barrette a mis de l'avant que le nouveau système qu'il compte implanter serait plus efficace et a fait valoir que le gouvernement avait agi « en conformité des pouvoirs qui [lui] sont dévolus ».