Source ID:7eba8aaf6bf13711afa33803fccd2403; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Le PQ au bord du gouffre financier

(QUÉBEC) Après deux coûteuses courses à la direction et des résultats électoraux désastreux, le Parti québécois (PQ) est financièrement au bord du gouffre. Allocation du Directeur général des élections (DGE), contributions des membres et budgets parlementaires : toutes les sources de revenus du PQ sont en chute sérieuse.

Aussi, à une réunion spéciale de l'exécutif du parti, vendredi prochain à Montréal, les autorités forceront le jeu pour une opération qui n'a jamais été acceptée dans les instances péquistes : tout l'argent sera drainé par le « national » - les cagnottes des circonscriptions seront rapatriées. Un débat récurrent au PQ va revenir, prévoit-on : doit-on abandonner la permanence de l'avenue Papineau, un local qui, en dépit de quelques rétrécissements avec les années, pèse encore lourd sur les finances du parti ?

Pour la présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, « les chiffres sont connus, les revenus sont en baisse [...]. À la suite d'une élection, on essaie de renflouer les coffres au niveau national puisque les circonscriptions n'auront pas besoin d'autant de ressources à très court terme ». À propos de la permanence sur Papineau, « ce n'est pas encore décidé, mais c'est sûr qu'on est en réorganisation. Il y aura des ajustements à faire, sur le plan des ressources humaines aussi ». Actuellement, le PQ compte une douzaine de permanents à Montréal.

Dans sa circulaire aux membres, transmise dans les derniers jours pour la campagne de financement de 2019, Gabrielle Lemieux ne met pas de gants blancs. 

« La campagne de financement 2019 sera l'un des éléments déterminants de l'avenir de notre parti. [...] Il faudra faire des choix, ensemble. [...] Vos dons auront une importance capitale dans la suite des choses. »

- Extrait de la lettre de Gabrielle Lemieux aux membres du PQ, obtenue par La Presse

Relancé cette semaine, le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, n'a pas accepté de répondre aux questions de La Presse sur les finances du parti, soulignant qu'il était « responsable de l'aile parlementaire » et non du parti. Mme Lemieux rappelle pourtant qu'il est coprésident de la campagne de financement. Selon elle, le PQ devrait atteindre son objectif de financement de plus de 800 000 $, un niveau normal pour une année qui n'est pas électorale. À son avis, le fait que le PQ n'ait pas de chef permanent n'aura pas d'impact sur la capacité du PQ à aller chercher du financement, pas plus que le fait que le Bloc québécois ait à solliciter les mêmes militants avant les élections d'octobre au fédéral. Des vétérans au PQ sont d'avis contraire.

Rapport inquiétant du DGE

Déjà, dans son rapport de 2018, le DGE attachait le grelot à la situation financière du Parti québécois. Enfoui dans les « notes complémentaires », son verdict était très dur. « Le Parti québécois a subi des insuffisances des produits sur les charges significatives depuis l'exercice 2013, et son fonds de roulement est déficitaire. De plus, l'actif net présente un déficit significatif au 31 décembre 2017. »

Et sa lecture de l'avenir n'inspirait rien de bon pour le PQ. « La poursuite des activités du parti dépend de sa capacité de renouveler son membership, d'obtenir un plus grand nombre d'appuis lors d'élections et ainsi recevoir des allocations plus importantes du DGE. » Or c'est précisément le contraire qui s'est produit.

Car, sur le tableau de bord des comptables du PQ, la case des contributions du DGE clignote dangereusement. Pour chaque vote obtenu aux élections du 1er octobre, le DGE accorde 1,58 $ au parti. À la suite des élections générales de 2014, et au gré des complémentaires, le PQ avait obtenu 2,4 millions de dollars d'allocation en 2017 et 2,2 millions en 2018. Mais l'allocation ne sera que de 1,6 million pour les 12 mois suivant le scrutin du 1er octobre dernier, une chute de 543 000 $, soit 30 % comparativement à l'année précédente.

Autres baisses

Les contributions d'électeurs seront en baisse par rapport à 2018, situation normale puisque l'an dernier était une année électorale, les maximums de contribution autorisés étaient plus importants. C'était 1,3 million pour la récolte de 2018 ; pour 2019, on sera plus proche d'une année normale, si tout va bien, autour de 800 000 $. 

Le PQ a déjà eu des problèmes dans ses campagnes de financement. En 1987, sous Pierre Marc Johnson, on avait atteint un creux en matière de nombre de membres et de contributions. Mais le nombre d'élus à l'époque permettait au parti de compenser un peu avec les budgets alloués par l'Assemblée nationale, essentiellement pour les masses salariales des officiers parlementaires et des bureaux de députés. Encore là, le portrait est désastreux cette année. La masse allouée par l'Assemblée nationale au PQ comme opposition officielle en 2014 était de 4,3 millions. Avec le résultat des élections de 2018, et le nombre d'élus réduit à 10, le PQ comme deuxième opposition voit son allocation réduite à 1,6 million.

Les résultats du 1er octobre comportaient une autre bien mauvaise nouvelle pour les administrateurs du PQ. Habituellement, le parti faisait moins de 15 % des suffrages dans une quinzaine de circonscriptions prévisibles - l'ouest de Montréal et l'Outaouais, notamment. Ce seuil de 15 % est déterminant pour les finances d'un parti : à partir de ce niveau, les dépenses électorales encourues sont remboursées à 50 % par le DGE. Or le 1er octobre dernier, dans pas moins de 64 circonscriptions - plus de la moitié -, le PQ n'est pas parvenu à atteindre les 15 % de suffrages et, par conséquent, n'aura pas droit au remboursement de ses dépenses. « Il y a quelques surprises là-dedans, tout comme le résultat dans l'ensemble a été une surprise », souligne Mme Lemieux.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer