L'ancienne députée de la circonscription d'Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, Carole Poirier, devient la nouvelle directrice générale du Parti québécois (PQ), selon ce qu'a appris La Presse.

Hugo Pilon-Larose LA PRESSE

Mme Poirier, 60 ans, remplace ainsi Alain Lupien, qui avait pour sa part succédé à Carl Pilotte en 2015 après avoir été organisateur de la campagne à la direction de Pierre Karl Péladeau. M. Lupien a quitté son poste en janvier dernier quelques mois après que le PQ eut subi une déroute électorale en passant de 28 à 10 députés.  

Carole Poirier, élue pour la première fois aux élections de 2008, a pour sa part été défaite lors du dernier scrutin par Alexandre Leduc de Québec solidaire. Elle entame son mandat à titre de DG dans une perspective de «renouveau».  

«Il faut que le PQ soit authentique et que nos messages soient clairs. En priorité: l'indépendance du Québec. Il faut que ça redevienne central dans notre action politique», a affirmé Mme Poirier en entrevue avec La Presse.  

«Il nous faut un nouveau Parti québécois», a pour sa part renchéri Gabrielle Lemieux, présidente du parti.  

Longue feuille de route 

Avant d'être élue députée en 2008, Carole Poirier a longtemps travaillé au bureau de circonscription de sa prédécesseure, Louise Harel, puis à titre de directrice de cabinet.  En entrevue à La Presse l'automne dernier, Mme Poirier s'était décrite comme «une déterminée». «Y a rien dans ma vie que je n'ai pas réussi», avait dit celle qui s'est toujours vue comme une organisatrice.  

Le renouveau à la direction générale d'un parti s'accompagne souvent d'un nouveau chef. Or, Pascal Bérubé est actuellement chef parlementaire par intérim et une course à la direction doit être organisée au cours des prochaines années. Sans que la date soit fixée, le PQ vise pour l'instant 2020 et étudie différents scénarios, dont la possibilité d'ouvrir le vote aux non-membres.  

Carole Poirier hérite donc d'un mandat intérimaire à titre de directrice générale, a-t-on expliqué au Parti québécois mardi, quoique celui-ci pourrait bien sûr être renouvelé par un éventuel nouveau chef.

«Je ne m'en viens pas faire de la politique active. Je m'en viens prendre une organisation et la mener à bon port. Il y a un bateau au port et mon but, c'est lorsque le vent va se lever, il faut que les voiles soient prêtes», a dit Mme Poirier.  

Organiser le prochain Conseil national 

Au cours des prochaines semaines, la nouvelle directrice générale du PQ devra préparer le prochain Conseil national qui se tiendra en mars à Trois-Rivières. Son mandat: dynamiser les structures du parti et mettre à profit l'important membership dont il dispose.  

«Lors des dernières élections, les électeurs voulaient se débarrasser des libéraux. Les comtés qu'on a perdus, on les a perdus à la Coalition avenir Québec (CAQ). Il faut réfléchir à comment ramener les gens au Parti québécois», a expliqué Carole Poirier.  

Selon elle, la sociale-démocratie a toujours été au coeur du projet politique du PQ, tout comme l'environnement. «Mais on a changé notre message à la lueur des différents chefs qu'on a eus. Là, il faut revenir au jeu de base», a dit l'ex-députée.