Source ID:c4e0d1f0b6d93a1b91e589ca9b309f20; App Source:StoryBuilder

Reconnaissance de Guaidó comme président du Venezuela: QS s'oppose

Le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

Le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

Photo Olivier Jean, archives La Presse

(Québec) Les questions de politique étrangère s'invitent dans la joute parlementaire québécoise jeudi alors que le Parti québécois (PQ) propose une motion pour que l'Assemblée nationale reconnaisse Juan Guaidó comme président par intérim du Venezuela.

Québec solidaire, par la voix de son leader parlementaire, Gabriel Nadeau-Dubois, s'est toutefois dit vivement opposé en matinée que les élus du Québec s'allient à « Justin Trudeau et Donald Trump » sur cette question.  

« C'est incompréhensible de la part d'un parti qui se dit indépendantiste de demander à l'Assemblée nationale du Québec de s'impliquer dans une crise qui est déjà profonde. Ça serait mal avisé pour [les élus québécois] de prendre position dans un conflit qui est déjà extrêmement tendu », a dit le député de Gouin, martelant que « ce n'est pas à l'Assemblée nationale d'élire le président du Venezuela, c'est au peuple vénézuélien de le faire ».  

La motion proposée par le PQ affirme que « l'Assemblée nationale reconnaisse Juan Guaidó en tant que président intérimaire du Venezuela. Qu'elle condamne les violations persistantes et graves des droits de la personne commises par le régime autoritaire de Nicolas Maduro [...]. Qu'elle demande le rétablissement de la complète liberté de la presse, la fin de la censure et le retour au fonctionnement normal des médias, dont les activités ont été entravées de façon arbitraire par le régime Maduro. Qu'elle demande le rétablissement immédiat de la démocratie au Venezuela par la tenue d'élections libres [...] ».

« Soyons bien clairs : il n'y a aucune sympathie de notre côté pour le régime de Nicolas Maduro. Mais de voir le Parti québécois se ranger derrière Justin Trudeau et Donald Trump pour appuyer l'ingérence étrangère dans un conflit politique domestique, pour nous, c'est complètement incompréhensible », a dit M. Nadeau-Dubois jeudi.

« L'ONU a été très sage de dire que l'ingérence étrangère ne règle pas les problèmes. L'ingérence américaine a historiquement créé des problèmes et a envenimé des crises. Le rôle de la communauté internationale et du parlement québécois, c'est de se ranger derrière une solution pacifique, démocratique et négociée », a-t-il ajouté.  

Une crise politique et humanitaire 

Le 23  janvier, Juan Guaidó s'est proclamé président par intérim du Venezuela en invoquant la constitution. Il a depuis été reconnu à ce titre par une quarantaine de pays, dont le Canada et les États-Unis.  

Depuis lundi et l'expiration de l'ultimatum lancé au chef de l'État Nicolas Maduro pour convoquer une élection présidentielle anticipée, une vingtaine de pays européens, dont l'Espagne, la France et l'Allemagne, ont reconnu Juan Guaidó, 35 ans, comme président par intérim.

L'Uruguay et le Mexique ont proposé mercredi un mécanisme de dialogue sans condition préalable, à la veille d'une réunion, à Montevideo, d'un Groupe de contact international réunissant l'UE, sept pays européens et quatre pays d'Amérique latine.

Nicolas Maduro a dit espérer qu'une telle conférence puisse ouvrir une « plateforme de dialogue ». Il a envoyé cette semaine une lettre au pape François demandant sa médiation.

L'accélération des événements ces derniers mois au Venezuela ouvre la voie à plusieurs scénarios : des pourparlers entre gouvernement et opposition, une intervention militaire extérieure, un effondrement du pouvoir ou, au contraire, un isolement « à la cubaine ».

-Avec l'Agence France-Presse 




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer