Une collaboratrice de la Coalition avenir Québec, Catherine Loubier a été nommée aujourd'hui par le conseil des ministres au poste de déléguée générale du Québec à New York. Mais pour éviter toute accusation de partisanerie, le gouvernement Legault a pris soin de nommer au même moment des collaborateurs connus des anciens premiers ministres Philippe Couillard et Pauline Marois.

Denis Lessard LA PRESSE

M. Legault, essuyant les critiques pour le choix de Mme Loubier, annoncé par La Presse avant les Fêtes, avait souligné qu'il visait avant tout à nommer des gens compétents aux postes stratégiques. Mme Loubier, qui a travaillé au cabinet de Stephen Harper et de Lawrence Cannon à Ottawa, avait été responsable de la transition pour la CAQ. Son conjoint habite New York et sa nomination avait été négociée dès son entrée au service de la CAQ.

Pour faire taire les critiques à l'avance, le gouvernement Legault nomme aussi Jean-Pascal Bernier, le chef de cabinet de M. Couillard durant la dernière année de mandat, comme vice-président de la Société d'habitation du Québec, un mandat de quatre ans. M. Bernier avait auparavant occupé les fonctions de chef de cabinet pour la ministre de l'Éducation sous Jean Charest, Michèle Courchesne. Normalement, au moment de la transition, le nouveau premier ministre accorde le droit de protéger quelques proches collaborateurs de son prédécesseur, mais avant l'élection du 1er octobre, le chef caquiste avait clairement indiqué qu'il n'était pas question pour lui d'accorder de tels «cadeaux».

Un autre collaborateur, issu du Parti québécois celui là, Stéphane Dolbec était un conseiller vétéran des chefs péquistes depuis l'époque de Jacques Parizeau. Il avait été protégé par Pauline Marois lors de sa défaite en 2014. Il revient au conseil exécutif comme «secrétaire général du comité ministériel sur le développement social».