Les médias sont trop sévères avec le Parti québécois et trop « indulgents » avec le gouvernement Legault, a affirmé une députée péquiste jeudi.

Mis à jour le 24 janv. 2019
MARTIN CROTEAU LA PRESSE

Lorraine Richard, députée de Duplessis sur la Côte-Nord, a reconnu que sa formation politique est encore sous le choc après la défaite historique du 1er octobre, dans laquelle le Parti québécois (PQ) a été réduit de 28 députés à 10. La défaite « fait mal » et le parti cherche toujours une manière de regagner la faveur de l'électorat.

« Quand vous faites un constat sur un patient, commencez par poser diagnostic, a-t-elle dit. Après ça, on va décider quel traitement on va faire sur ce patient. Il y a plusieurs traitements. »

Interrogée sur les enseignements que le parti a tirés de ce résultat, elle a lancé une pointe à l'égard du travail des médias.

« Soyez indulgents envers le PQ autant que vous l'êtes avec la Coalition avenir Québec depuis qu'ils sont au pouvoir », a-t-elle déclaré.

Les médias, a-t-elle poursuivi, n'ont pas critiqué le nouveau gouvernement caquiste avec autant de virulence que son parti.

« Je comprends que le Parti québécois, pour vous, c'est un attrait parce qu'on a toujours été dans une mouvance de chicane, a expliqué Mme Richard. On n'est pas là. On a fait le constat d'une défaite qui nous a fait mal, très mal. On va se reconstruire. Je pense qu'on est capable de le faire et, si je n'avais pas cru qu'on serait capables de le faire, je ne serais pas ici ce matin. »

Son collègue Sylvain Roy, député de Bonaventure, n'a pas contredit sa collègue.

« Lorraine a exprimé une position et je la respecte beaucoup, a dit M. Roy. Lorraine est une femme de coeur qui ne mâche pas ses mots. »

Aux yeux du leader parlementaire du PQ, Martin Ouellet, la couverture médiatique n'a rien à voir avec le résultat des élections du 1er octobre. Quant au processus de reconstruction, il assure qu'il sera mené avec sérieux, sans toutefois remettre en cause les combats pour l'indépendance et pour la social-démocratie.

« On est réalistes, a-t-il dit. On est conscients de la défaite qu'on a eue. Dix députés, deuxième opposition officielle, on n'est pas dupes. »

Les députés du Parti québécois sont réunis depuis hier à Sainte-Agathe-des-Monts pour préparer la session parlementaire.