Deux mois après un blâme de la justice envers une DPJ responsable d'une fillette agressée sexuellement par des garçons dans un centre d'hébergement de Dorval, Québec refuse de dévoiler les conclusions d'une étude sur la mixité dans ce type d'établissement.

Mis à jour le 3 janv. 2019
PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD LA PRESSE

La version incomplète du document diffusée par le ministère de la Santé et des Services sociaux révèle toutefois que plusieurs filles hébergées craignent effectivement d'être victimes d'agressions dans les établissements réunissant garçons et filles.

Deux chercheuses de centres jeunesse se sont penchées sur la question en 2015 : doit-on héberger ensemble les filles et les garçons en difficulté ou vaut-il mieux les séparer ? Leur étude demeure inédite, contrairement à plusieurs autres documents du même type réalisés dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Quand La Presse a demandé à en obtenir une copie, le Ministère a choisi d'en censurer toutes les recommandations : la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels permet au gouvernement, s'il le désire, de garder confidentiel tout avis rédigé par un spécialiste pour une durée de 10 ans. Impossible de savoir si Québec a suivi l'avis de ses spécialistes.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux n'a pas répondu à un courriel de La Presse au sujet de cette situation.

Léa* avait 9 et 10 ans, en 2016-2017, lorsqu'elle a été agressée sexuellement à trois reprises en l'espace de quelques mois par des garçons de son âge (eux-mêmes victimes de sévices sexuels dans le passé) dans un centre de réadaptation de Dorval. Elle était parfois la seule à être hébergée dans le foyer avec deux garçons qui lui ont infligé des sévices sexuels, a déploré le juge Jacques A. Nadeau, de la Chambre de la jeunesse.

« Le droit de la fillette à évoluer dans un environnement sécuritaire, protecteur et sécurisant [...] a à l'évidence été violé dans ce dossier », a écrit le magistrat. Le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, s'est dit « attristé » par la situation et s'est rendu sur place après que le jugement a fait l'objet d'une couverture médiatique, en novembre dernier.

À la mi-décembre, le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montéral, qui avait Léa sous sa garde, a expliqué que cet événement avait déclenché un important processus de vérification au sein de ses services, comprenant notamment une évaluation de chaque enfant hébergé et la fermeture temporaire du foyer en question.

Si les recommandations de l'étude concernant la mixité en centre jeunesse ont été gardées secrètes par le Ministère, la version du document rendue publique permet tout de même d'apprendre que les gestionnaires du réseau des centres jeunesse ont des opinions variables sur la mixité. « Dans les unités mixtes s'ajoute le risque de grossesses », notent les auteures après avoir discuté avec des cadres du réseau. Plusieurs d'entre eux semblent mieux accepter cette mixité chez les enfants que chez les adolescents.

Les chercheuses ont aussi rencontré 32 jeunes dans le cadre leur étude : ceux-ci considèrent que la mixité a des impacts positifs et négatifs sur eux, « référant à son effet "normalisant" », mais aussi aux risques de relations sexuelles et de grossesses. « Plusieurs filles craignent les agressions sexuelles de la part des garçons », souligne l'étude.

* Prénom fictif