Le chef péquiste Jean-François Lisée a dit se sentir plus léger dans la foulée de la démission de Martine Ouellet, poussée à la porte du Bloc québécois par ses militants.

Mis à jour le 5 juin 2018
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Selon lui, ce départ offre au mouvement souverainiste «une occasion» de se rassembler et de colmater les fissures. «Il faut la saisir», a-t-il insisté.

«Je ne suis pas dans la controverse, je suis dans le rassemblement», a continué le chef péquiste.

M. Lisée n'a toutefois pas fermé la porte à un éventuelle retour de Mme Ouellet. «C'est une extraordinaire pédagogue pour l'indépendance, a-t-il dit. Ce sera à elle après avoir pris du recul de voir quel rôle elle va jouer.»

Le chef péquiste faisait une apparition publique mardi matin pour confirmer la candidature de trois individus en vue des prochaines élections : Cédric Gagnon-Ducharme tentera de reprendre Borduas à la Coalition avenir Québec, Farida Sam s'attaquera au château-fort libéral de L'Acadie et Frédéric Lapointe se présentera dans Maurice-Richard.