Source ID:; App Source:

L'ex-libérale Marguerite Blais candidate pour la CAQ

Marguerite Blais se présentera dans la nouvelle circonscription de... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Marguerite Blais se présentera dans la nouvelle circonscription de Prévost, dans les Laurentides.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

(Québec) L'ex-ministre libérale Marguerite Blais fait un retour en politique et portera les couleurs de la Coalition avenir Québec (CAQ) aux prochaines élections, dans la nouvelle circonscription de Prévost.

Le premier ministre Philippe Couillard avait sondé l'intérêt de Mme Blais à se présenter à nouveau sous la bannière libérale, lors d'une rencontre jeudi dernier. Mais l'ancienne animatrice télé, «tiraillée», a finalement décliné la proposition et a plutôt retenu celle que lui avait faite le chef caquiste François Legault.

«J'ai écouté mon coeur», a-t-elle résumé lors d'un entretien avec La Presse mardi. «Je ne pensais pas revenir en politique, ce n'était pas mon plan de match. Je reviens pour la cause des aînés et des proches aidants.»

Mme Blais se présentera dans la nouvelle circonscription de Prévost, dans les Laurentides. Elle réside à Saint-Hippolyte depuis plusieurs années.  

«J'ai côtoyé Marguerite après qu'elle ait lâché la politique, c'est une très bonne dame. J'ai beaucoup apprécié travailler avec elle», a affirmé mardi François Bonnardel, leader parlementaire de la CAQ, refusant toutefois de confirmer que l'ex-libérale sera candidate pour sa formation politique. 

«[La CAQ] est une coalition. Dans notre caucus, il y a des gens plus à gauche, centre gauche, plus au centre, à droite. On est une coalition. Pour nous, accueillir des personnes qui viennent de différents horizons, ce n'est pas un problème», a-t-il toutefois ajouté.

«Je ne parlerai jamais contre le Parti libéral»  

Lors de sa démission en 2015 à titre de députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Marguerite Blais avait reproché au PLQ de l'avoir poussée vers la sortie. Ce n'est pas le seul facteur, mais le refus de Philippe Couillard de la nommer ministre avait pesé lourd dans la décision de Mme Blais de quitter la vie politique. Elle avait perdu son mari, emporté par le cancer, quelques mois auparavant.

«Je ne parlerai jamais contre le Parti libéral, a dit mardi Mme Blais, qui a été ministre des Aînés sous Jean Charest. Je ne suis pas quelqu'un qui lave quoi que ce soit sur la place publique.» 

Elle a néanmoins déploré que l'enjeu des aînés soit négligé. «Les gens disent: "on ne parle plus des aînés, on ne s'en occupe plus. Pourquoi vous ne revenez pas?" Bien, c'est pour ça que je reviens. (...) On est la deuxième société au monde à vieillir le plus rapidement. Il y a entre 1,6 et deux millions de proches aidants au Québec, et il n'y a rien qui se passe! Il faut qu'il y ait des politiques pour ça, il faut qu'il y ait de véritables enjeux de société qui soient débattus. J'ai eu plus qu'une écoute attentive» de la part de la CAQ à ce sujet.

Le premier ministre Philippe Couillard n'a exprimé aucune amertume à l'égard de son ancienne collègue. Selon lui, les changements d'allégeance font partie de la réalité politique.

«Ça arrive, ces transferts d'un parti à l'autre, a-t-il convenu. D'ailleurs, nous on a Gaétan Barrette, on a Dominique Anglade, on a d'autres personnes qui étaient à l'ADQ avant qui sont venus chez nous.»

«Ça n'enlève rien à l'estime qu'on a pour Marguerite Blais et ce qu'elle a accompli pour les aînés et on a accompli nous aussi beaucoup, alors il y aura lieu de débattre de ça», a-t-il ajouté.

Dans les rangs péquistes, la vice-cheffe du PQ, Véronique Hivon, s'explique mal que Marguerite Blais ait choisi de joindre les rangs de la CAQ.

«C'est assez incroyable de voir que Marguerite Blais, qui était réputée comme la plus progressiste des libéraux, s'en va à la CAQ, qui est encore plus à droite. (...) On a hâte de voir cohabiter Marguerite Blais avec Youri Chassin dans le même parti», a-t-elle dit mardi.

«Ce sera une belle course [dans Prévost], s'est pour sa part exclamé le chef péquiste Jean-François Lisée. On sait que lorsqu'il y a un suspense et que le taux de participation au vote est plus élevé, le PQ gagne. Alors tant mieux, ça sera une belle course.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer