Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, compte sur ce qu'il appelle la fatigue des électeurs face aux libéraux pour faire une percée à Laval, qui a des allures de forteresse. Et il promet d'y consacrer beaucoup d'énergie.

Kathleen Lévesque LA PRESSE

« Je suis confiant qu'on va faire des percées et qu'on va prendre des comtés. On a besoin de prendre des comtés à Laval pour former un gouvernement majoritaire de la CAQ. Vous allez me voir souvent ici », a lancé hier M. Legault, qui était de passage à Laval pour présenter les candidats de la CAQ dans Chomedey et Sainte-Rose, en vue des élections du 1er octobre. Sur l'île Jésus, les six circonscriptions sont représentées par des députés du Parti libéral du Québec à l'Assemblée nationale.

Devant une poignée de partisans réunis dans une petite salle d'un hôtel de Laval, M. Legault a martelé sur tous les tons un discours favorable au changement : « Ce n'est pas sain pour la démocratie d'avoir le même gouvernement pendant 15 ans » ; « c'est normal qu'on change de gouvernement, qu'on mette une nouvelle équipe en place » ; le Québec « a besoin d'une alternative claire ».

PROMESSES « TRAHIES »

« Tous les comtés à Laval sont rouges. Regardez ce que ça donne », a-t-il ajouté. Selon le chef caquiste, le premier ministre Philippe Couillard a trahi plus d'une promesse touchant les familles, notamment en matière de tarifs de garderie, de taxes scolaires et de tarifs d'électricité, qui ont tous subi des hausses supérieures à l'inflation, a-t-il souligné.

M. Legault invite les Lavallois, mais aussi tous les Québécois, à ne pas l'oublier lorsque le gouvernement Couillard présentera son budget 2018 mardi prochain. La multiplication des engagements présentés par les libéraux au cours des dernières semaines connaîtra alors sa « consécration », croit François Legault.

« Je n'ai jamais vu autant de feux d'artifice et vous allez en voir, je vous le prédis, dans le budget de mardi prochain. Tout à coup, tout va être possible. Ils n'ont pas été capables de livrer des résultats depuis 15 ans, mais là, dans le budget, les promesses vont recommencer. »

Aux côtés de M. Legault se tenaient les candidats de Chomedey et de Sainte-Rose, Alice Abou-Khalil et Christopher Skeete. Ce dernier, qui dirige une entreprise spécialisée en santé (prélèvements et vaccins, par exemple), fait actuellement une maîtrise en administration des affaires à l'UQAM.

Il en sera à sa troisième tentative pour se faire élire sous la bannière de la CAQ ; il a brigué les suffrages en 2012, dans Vimont, et en 2014, dans Fabre.

CONTACTS LAVALLOIS 

Quant à Mme Abou-Khalil, son expérience politique est d'abord et avant tout municipale. Elle a dirigé la campagne du candidat Ziaad Ghanthous de l'équipe du maire Marc Demers, le Mouvement lavallois.

M. Ghanthous a mordu la poussière, mais l'aventure a donné l'envie à Mme Abou-Khalil de se lancer sur la scène provinciale. « Ce qui va m'aider, ce sont les contacts que j'ai établis durant ces six mois de travail », a souligné cette spécialiste en technologies de l'information.

M. Skeete est un anglophone parfaitement bilingue et Mme Abou-Khalil une « fière Québécoise issue de l'immigration », comme l'a souligné M. Legault. « C'est une autre preuve qu'à la CAQ, tout le monde est bienvenu. Il faut arrêter de diviser les Québécois », a dit François Legault.

Photo André Pichette, La Presse

Alice Abou-Khalil, candidate de la CAQ dans Chomedey

Photo André Pichette, La Presse

Christopher Skeete, candidat de la CAQ dans Sainte-Rose