Le départ du député péquiste de Bertrand, Claude Cousineau, annoncé ce matin, pourrait créer une ouverture de choix pour un éventuel retour en politique de Pierre Karl Péladeau.

Mis à jour le 26 janv. 2018
Isabelle Ducas LA PRESSE

« Je sais que M. Péladeau a son chalet dans la circonscription de Bertrand », située dans les Laurentides, a souligné le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, après le point de presse annonçant le départ du député Cousineau, à la fin de son mandat. 

« Il y a une logique » à ce que l'ancien chef du parti soit candidat à la succession de M. Cousineau. « Je vais laisser les gens spéculer à ce sujet, et je comprends qu'ils le fassent », a ajouté M. Lisée.

Un candidat qui réside dans la circonscription qu'il convoite est toujours préférable, a noté le chef péquiste, qui précise tout de même que M. Péladeau serait un bon candidat, quelle que soit la circonscription, s'il décide de revenir en politique.

Claude Cousineau représentait depuis 20 ans la circonscription de Bertrand. 

Il explique sa décision de tirer sa révérence à la fin de son mandat par son désir d'être plus près de sa famille. « À 68 ans, le mois prochain, je ressens une certaine fatigue de voyager chaque semaine à Québec », a aussi confié le député en point de presse.

L'annonce de son départ fait suite à celles de ses collègues Alexandre Cloutier, Nicole Léger et Agnès Maltais, qui ont annoncé la semaine dernière qu'ils ne seraient pas candidats aux prochaines élections générales, l'automne prochain.

Jean-François Lisée a indiqué qu'un autre député de son parti prévoit annoncer son départ bientôt, et qu'un autre collègue est en réflexion.