La députée libérale de La Pinière, Fatima Houda-Pepin se dit prête à «collaborer» à la démarche de son parti qui est à préparer une position en matière de laïcité.

Mis à jour le 18 nov. 2013
DENIS LESSARD LA PRESSE

Dans un communiqué publié lundi, la députée ne précise pas si, comme le lui a demandé publiquement son chef Philippe Couillard, elle est prête à faire amende honorable devant ses collègues du caucus libéral - elle avait quitté furieuse la réunion la semaine dernière après avoir croisé le fer avec M. Couillard, parce qu'on lui avait demandé de laisser tomber son projet de loi.

«Je suis libérale et loyale à mon chef et à mon parti. Je ne veux pas me retrouver dans une situation où on me force à renier soit mes convictions profondes ou mon attachement au Parti libéral du Québec», écrit-elle. Dans son communiqué, elle confirme qu'on lui avait demandé de mettre «sous le tapis» le projet de loi qu'elle préparait pour combattre l'intégrisme religieux.

« Je n'endosse pas la Charte des valeurs du gouvernement Marois», poursuit-elle. «J'ai refusé de mettre le projet de loi sous le tapis et j'ai accepté cependant, en femme d'équipe, d'agir comme personne ressource pour le nouveau comité qui n'a reçu son mandat du chef», poursuit-elle. Des sources au caucus indiquaient la semaine dernière qu'elle était outrée qu'on n'ait pas fait appel à ses lumières et confié la direction du groupe à Me Gilles Ouimet, ancien bâtonnier du Québec.

«Je suis prête à collaborer comme je l'ai toujours fait. Je regrette d'être traitée de la sorte pour le simple fait d'avoir souhaité un débat d'idées sur une question aussi complexe et sensible comme la neutralité religieuse de l'État », dit-elle.

« Si l'objectif de toute la classe politique est de lutter contre les intégrismes, comment expliquer ce climat suffoquant de partisanerie politique à outrance ? Peut-on travailler ensemble pour l'intérêt commun au lieu de se déchirer sur des foulards au grand bonheur des groupes radicaux qui oeuvrent à saper les bases de notre démocratie ? ». conclut-elle.