Yves Michaud poursuivra le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour 100 000 $ et demandera sous peu sa démission, a-t-il annoncé à La Presse au lendemain de la réception d'un constat d'infraction pour «dépense électorale illégale».

Publié le 4 avr. 2013
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

En août dernier, en pleine campagne électorale, l'ex-député avait acheté un espace publicitaire dans Le Devoir pour attaquer 13 parlementaires qui briguaient à nouveau les suffrages. Tous lui avaient reproché, douze ans plus tôt, ses propos controversés sur les Juifs.

Or, le DGEQ n'entend pas à rire avec les dépenses politiques en période électorale. M. Michaud a reçu hier un constat d'infraction qui lui réclame une amende de plus de 6000 $. Sa publicité «défavorisait l'élection de candidats» et constituait donc une dépense électorale. Celles-ci sont réservées aux agents officiels des partis politiques.

En entrevue téléphonique avec La Presse, Yves Michaud est sorti de ses gonds. «Le DGEQ a d'autres choses à s'occuper avec la Commission Charbonneau que de faire des conneries comme ça», a-t-il lancé. «Je vais exiger sa démission tout de suite.»

M. Michaud promet d'ailleurs de contester l'amende imposée et de lancer ses propres procédures pour faire punir une «atteinte à la liberté d'expression et à l'honneur d'un citoyen». Il demandera 100 000 $, mais promet de remettre la potentielle somme à un organisme de charité.