Source ID:; App Source:

«Pastagate»: la présidente de l'OQLF démissionne

Trois semaines après le début du «pastagate», la grande patronne de l'Office québécois de la langue française (OQLF), Louise Marchand, quitte son poste.

La ministre Diane de Courcy en a fait l'annonce ce vendredi au cours d'une conférence de presse à Montréal. Cette décision aurait été prise «de son plein gré» étant donné le «changement de cap» important que le gouvernement veut faire prendre à l'organisation.

«Il y a une culture organisationnelle à modifier, des changements qui méritent toute notre attention, a affirmé la ministre. De part et d'autre, nous avons convenu que c'était la meilleure chose à faire.»

Pasta à la «sauce aigre-douce»

Depuis une vingtaine de jours, l'OQLF est au coeur d'une controverse concernant le zèle de certains inspecteurs en francisation des milieux de travail. «Ces épisodes ont eu des effets qui ne sont pas souhaitables pour les commerçants, pour le personnel de l'Office, pour la population et pour le Québec en général», a affirmé la ministre. Un restaurant italien dont on avait exigé qu'il retire le mot «pasta» de son menu a fait les manchettes, avant qu'une brasserie française qui s'était fait reprocher l'utilisation de «steak» ne le rejoigne.

Depuis le début du «pastagate», «on a tous trouvé la sauce aigre-douce», a déploré la ministre. «J'ai vu cet événement comme étant une crise, une grosse crise. Quand même, 60 pays dans le monde [ont parlé de l'histoire]. On n'a pas tous été très fiers.»

Identifiée aux réseaux libéraux, Louise Marchand occupait son poste depuis janvier 2011, après avoir été nommée par le gouvernement Charest.

Elle sera remplacée, au moins temporairement, par le sous-ministre Jacques Beauchemin.

Souple sur les moyens

La ministre responsable de la Charte de la langue française a aussi annoncé une série de mesures pour rendre l'approche de l'OQLF plus conciliante.

«Il y a 35 ou 25 ans, quand l'Office a été mis en place, on avait [...] plus un rôle coercitif. Les temps ont changé», a expliqué Mme de Courcy, ajoutant qu'il existait «un grand écart» entre «ce qui se fait et ce qui devrait être fait».

Sa nouvelle approche sera «axée sur la collaboration, la transparence et le service à la clientèle».

Un poste de répondant sera notamment créé, afin que les entreprises puissent avoir un point de contact lorsqu'elles entrent en conflit avec l'Office. Des documents seront aussi rédigés afin de faciliter l'interprétation des lois applicables en matière linguistique. «L'interprétation de la loi n'est pas claire, au premier chef d'ailleurs pour les entreprises», a expliqué la ministre.

Ces changements s'inscrivent dans une «modernisation» nécessaire de l'OQLF, selon elle.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer