Le député libéral Robert Poëti estime que le maire de Montréal devrait imiter son homologue de Laval, Gilles Vaillancourt, et quitter temporairement ses fonctions.

Tommy Chouinard LA PRESSE

Jeudi, en marge d'une rencontre des libéraux en prévision de la rentrée parlementaire, l'ex-policier a affirmé que Gérald Tremblay «doit personnellement se poser quelques questions» à la suite des révélations faites par l'ingénieur à la retraite Gilles Surprenant devant la commission Charbonneau.

«On est devant des allégations, mais on a un témoin qui parle aujourd'hui, qui dit à la Commission qu'il a fait des choses qui touchent directement l'intégrité de l'administration. Je ne parle pas de la personne de M. Tremblay, mais de l'administration publique de la Ville de Montréal. Je pense qu'il serait sage qu'il fasse un examen de conscience et peut-être aussi, le temps de l'enquête, qu'il permette au comité exécutif de continuer à gérer la ville et qu'il prenne un peu de recul», a-t-il affirmé.

Donc il devrait se retirer comme Gilles Vaillancourt? «Je pense que ça pourrait être une sage décision», a-t-il répondu. Il croit que M. Vaillancourt a fait le bon choix en quittant temporairement ses fonctions. «Les allégations sont sérieuses, et on voit beaucoup de mouvement de la part des policiers. Le contexte actuel est assez lourd pour l'intégrité du poste qu'il occupe actuellement. Je pense qu'effectivement, c'est une sage décision de se retirer. Le fait qu'il se retire pour une raison de maladie ou une autre, c'est une excellente idée.»