Contrairement à ses collègues du Conseil des ministres, Pierre Moreau aurait été exempté de l'obligation de récolter 100 000 $ pour le Parti libéral du Québec (PLQ).

Publié le 13 oct. 2012
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

C'est du moins ce qu'il a affirmé cette semaine dans une capsule vidéo mise en ligne aujourd'hui par Radio-Canada.

«Moi je n'ai jamais été soumis à cette règle-là», a affirmé celui qui brigue maintenant les suffrages pour devenir chef du PLQ. «Je n'ai jamais eu d'imposition d'un quota de 100 000 $.»

En 2009, le ministre délégué Norman McMillan avait révélé qu'il devait amasser ce montant chaque année auprès de donateurs pour financer le parti.

«Chaque parti a ses propres objectifs qui lui sont personnels. On ne rend pas publics ces chiffres-là. M. MacMillan a précisé que, lui, effectivement, c'est 100 000 $. C'est le cas de tous les ministres et c'est bien», avait confirmé à l'époque Michel Rochette, en charge des communications du PLQ, à Radio-Canada.

Pierre Moreau, nommé ministre des Transports en 2011 après être passé par les Relations intergouvernementales, a admis que certains de ses collègues avaient reconnu publiquement l'existence de cette règle. «Il y a des ministres qui ont dit ça», a-t-il dit.

Lui, par contre, ne se serait jamais vu imposer un tel objectif.

«Je ne me souviens pas d'un financement où j'ai atteint 100 000 $», a-t-il ajouté.