«Levée de boucliers en Mauricie.» «Levée de boucliers en Gaspésie.» «Levée de boucliers au Bas-Saint-Laurent.» La première ronde d'audiences de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales, qui se terminait cette semaine, a connu un départ difficile, à en juger par les manchettes de différents journaux régionaux.

Publié le 21 sept. 2012
Hugo De Grandpré LA PRESSE

Les trois commissaires du Québec ont présenté, au cours de l'été, de nouvelles frontières et de nouveaux noms, modifiant le paysage électoral de la province. En tout, 56 circonscriptions changeraient de nom, dont une qui serait désormais nommée «Maurice-Richard», dans le quartier Ahuntsic, à Montréal. Trois nouvelles circonscriptions seraient également ajoutées à la couronne nord et à la Rive-Sud, pour porter le total provincial à 78. De son côté, l'Est-du-Québec perdrait l'une de ses quatre circonscriptions en Gaspésie, au profit de la métropole.

Ces audiences représentent une étape préliminaire en vue de la rédaction d'un rapport devant être remis aux parlementaires avant la fin de l'année. Ottawa devra ensuite adopter la réforme d'ici l'automne 2013, en vue des élections de 2015. «C'est une opération de consultation qui, pour nous, est extrêmement cruciale, a précisé à La Presse l'un des trois commissaires, le politologue de l'Université Laval, Raymond Hudon. Et plus il y a de citoyens qui s'engagent, plus ce sera bénéfique pour la démocratie.»

«Il y a eu des réactions, c'est clair, a-t-il ajouté. Mais on s'y attendait et on est là pour ça.»

Un bon nombre de critiques proviennent de l'Est-du-Québec, où les trois députés du NPD et celui du Bloc québécois ont fait front commun pour réclamer le maintien intégral de leurs quatre circonscriptions, cosignant un mémoire intitulé «La voix de l'Est du Québec s'affaiblit».

«Ce n'est pas juste une question de représentation d'un vote au Parlement, mais c'est aussi la proximité des services, la proximité dans la communauté», a précisé au téléphone Guy Caron, député néo-démocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques.

Des «levées de boucliers» ont également été rapportées dans d'autres régions. Au palais de justice de Shawinigan, mercredi, cinq intervenants, dont deux députés du NPD, ont plaidé pour le maintien de «Saint-Maurice» dans le nom de la nouvelle circonscription de «Shawinigane», afin de mieux représenter l'ensemble de la région.

Les députés Robert Aubin et Ruth Ellen Brosseau, qui représentent respectivement les circonscriptions de Trois-Rivières et Berthier-Maskinongé, remettent aussi en question les nouvelles frontières de leurs territoires respectifs et le nom proposé pour la circonscription de Berthier: Gilles-Villeneuve. «On a fait quelques interventions sur cette tendance lourde qui est de donner des noms propres aux comtés plutôt que des noms qui nous permettent de les localiser géographiquement», a précisé M. Aubin.

La tournée s'arrêtera également à Montréal, d'ici un mois. Là aussi, les commissaires devraient assister à une certaine résistance, de la part de la communauté anglophone notamment. Pas moins de 108 personnes veulent s'y faire entendre et la commission a donc dû prolonger ses audiences d'une semaine. Le député libéral Irwin Cotler, par exemple, a promis de s'opposer bec et ongles à la disparition de sa circonscription de Mont-Royal, qui a été celle du premier ministre Pierre Elliott Trudeau.