Il y a tout juste 35 ans ce mardi, un parti indépendantiste était élu pour la première fois au Québec.

Publié le 15 nov. 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Le 15 novembre 1976, le Parti québécois (PQ) dirigé par son fondateur, René Lévesque, gagnait les élections générales, mettant un terme à six ans et demi de règne du Parti libéral (PLQ) du premier ministre Robert Bourassa.

Au scrutin, les candidats du PQ ont raflé 71 sièges sur les 110 que comptait l'Assemblée nationale à cette époque.

Lors du discours qu'il a prononcé devant une foule en liesse réunie au Centre Paul-Sauvé à Montréal après la confirmation de sa victoire électorale, René Lévesque a déclaré: «Je n'ai jamais été aussi fier d'être Québécois que ce soir».

Le Parti québécois avait préalablement renoncé à son intention de réaliser la souveraineté-association dès son arrivée au pouvoir. Il a plutôt promis un référendum sur la souveraineté du Québec, qui a eu lieu en mai 1980. Le projet d'indépendance a alors été rejeté par près de six Québécois sur 10.

Les élections générales de 1976 ont permis à plusieurs candidats du PQ de devenir plus tard des personnalités importantes du gouvernement du Québec. Parmi eux, figuraient Pierre-Marc Johnson, Bernard Landry, Jacques Parizeau, Camille Laurin, Jacques-Yvan Morin, Claude Charron, Jean Garon, Guy Chevrette, Jacques Brassard et Claude Morin.

Le Parti québécois s'est maintenu au pouvoir au Québec jusqu'aux élections générales de décembre 1985. L'ancien premier ministre Robert Bourassa avait repris en 1983 la direction du Parti libéral pour le conduire deux ans plus tard à une victoire électorale.

-