L'opposition péquiste a réclamé mercredi l'expulsion du pays de deux conférenciers islamistes à qui elle reproche des vues homophobes et misogynes.

Martin Ouellet LA PRESSE CANADIENNE

Il est plus que temps que le Québec «mette ses culottes» et adopte la ligne dure envers les tenants de l'islam politique, a fait valoir la députée de Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, en point de presse à l'Assemblée nationale.

En tournée canadienne depuis quelques jours, Abdur Raheem Green et Hamza Tzortzis, deux membres du Islamic Education and Research Academy (IERA) de Grande-Bretagne, sont attendus vendredi et samedi à Montréal pour une conférence intitulée «Calling the World Back to Allah».

L'organisation à laquelle appartiennent les deux conférenciers a pour mission de convertir et ramener «vers Allah» les non-musulmans de partout dans le monde.

Les propos tenus par les membres de l'IERA sont dénoncés par nombre de groupes de défense des droits de la personne.

Dans une vidéo diffusée sur YouTube, Abdur Raheem Green justifie notamment le châtiment corporel à l'endroit des femmes pour les «protéger contre le mal».

Quant à lui, Hamza Tzortzis a déjà comparé l'homosexualité à des pratiques comme la pédophilie et le cannibalisme.

À titre de porte-parole du Parti québécois en matière de laïcité, Mme Poirier a exhorté en Chambre la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, de faire pression sur Ottawa pour que ces deux individus soient expulsés du pays dans les plus brefs délais.

La ministre Weil a répondu qu'elle avait fait part de ses préoccupations à son homologue fédéral Jason Kenney mais qu'elle ignorait les allées et venues des deux conférenciers controversés.

Le PQ juge inacceptable que les deux hommes soient entrés impunément au Canada, alors que des pays comme l'Allemagne et les États-Unis leur ont signifié qu'ils n'étaient pas les bienvenus sur leur sol.