Alors qu'il se disait ouvert au dialogue avec le Québec il y a trois semaines à peine, le gouvernement Trudeau raffermit son opposition à l'instauration d'une déclaration de revenus unique pour les contribuables québécois.

JOËL-DENIS BELLAVANCE LA PRESSE

Le ministre des Infrastructures et des Collectivités, François-Philippe Champagne, la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, et le député libéral Steven McKinnon, qui est aussi le secrétaire parlementaire de la ministre des Approvisionnements et des Services publics, Carla Qualtrough, se sont rendus à Shawinigan hier pour confirmer que le gouvernement fédéral y construira un nouveau centre fiscal pour abriter les quelque 1600 employés que compte de l'Agence du revenu du Canada (ARC) - un employeur important dans la région de la Mauricie.

En confirmant son intention d'ériger un centre fiscal flambant neuf, dont la construction devrait commencer en 2022 pour une ouverture en 2024, le gouvernement Trudeau trace une ligne dans le sable face au premier ministre du Québec, François Legault, qui réclame l'instauration d'une déclaration de revenus unique, et face au Parti conservateur d'Andrew Scheer, qui compte promettre une telle mesure durant la prochaine campagne électorale.

«Employeur précieux»

«Depuis plus de 40 ans, l'Agence du revenu du Canada est un employeur précieux pour la Mauricie. Le nouvel édifice fédéral sera un joyau dont les gens de Shawinigan pourront réellement être fiers, et qui contribuera à la productivité de ses occupants», a soutenu hier le ministre François-Philippe Champagne, qui est aussi député de Saint-Maurice-Champlain.

À moins de neuf mois des élections fédérales, les libéraux de Justin Trudeau sont convaincus que cette promesse des conservateurs ne rapportera pas les dividendes qu'ils escomptent, notamment dans des régions comme la Mauricie ou encore dans la région de Jonquière, où se trouve un autre centre fiscal.

D'ailleurs, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a décidé récemment de mettre de côté l'idée de proposer aux électeurs du Québec d'instaurer une déclaration unique, même si les militants néo-démocrates l'ont majoritairement approuvée durant le congrès national du parti en février 2018. Les députés néo-démocrates du Québec ont conclu que cette mesure entraînerait des pertes d'emplois qui pourraient être difficiles à remplacer dans des régions comme Jonquière, une circonscription représentée aux Communes par la députée du NPD Karine Trudel.

Motion conservatrice

Depuis la reprise des travaux parlementaires, lundi dernier, le Parti conservateur talonne le gouvernement Trudeau dans ce dossier. Pour illustrer l'unanimité au sein des troupes, des élus conservateurs de l'Alberta ont même posé des questions à ce sujet.

Les troupes d'Andrew Scheer profiteront d'ailleurs de leur journée de l'opposition, aujourd'hui, pour déposer une motion demandant au gouvernement Trudeau «de travailler de concert avec le gouvernement du Québec pour mettre en place une déclaration d'impôt unique au Québec, conformément à la motion adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale du Québec le 15 mai 2018».

La motion, qui sera déposée par le député conservateur Alain Rayes, qui est aussi le lieutenant politique d'Andrew Scheer au Québec, sera débattue toute la journée et mise aux voix mercredi.

Argument économique

À l'issue d'une rencontre avec son homologue fédéral Justin Trudeau, le mois dernier, en marge d'une retraite du cabinet fédéral à Sherbrooke, le premier ministre François Legault a réclamé qu'Ottawa «passe à l'action», notamment dans le dossier de l'instauration d'une déclaration unique de revenus.

Devant les journalistes, M. Legault a soutenu que ce changement entraînerait des économies de 500 millions de dollars et des pertes d'emploi. Il a affirmé que les économies pourraient être investies ailleurs.