Source ID:07720fc2c50e3e4b82b6371a7f3812d1; App Source:StoryBuilder

Gazoduc: des chefs concluent un accord avec la GRC

Justin Trudeau, lors d'une assemblée publique tenue à... (Photo Kim Anderson, PC)

Agrandir

Justin Trudeau, lors d'une assemblée publique tenue à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Photo Kim Anderson, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
AMY SMART
La Presse canadienne
Smithers

Les chefs héréditaires de la Première Nation Wet'suwet'en ont conclu un accord avec la GRC autorisant une entreprise de gaz naturel à accéder à un pont bloqué sur leur territoire.

Après une réunion de plusieurs heures, le chef Na'Moks a affirmé aux journalistes que l'accord n'impliquait que les chefs et la GRC et visait à assurer la sécurité des membres de la Première Nation.

Il a affirmé que des représentants de Coastal GasLink avaient été invités à la réunion pour s'assurer qu'ils sont sur la même longueur d'onde, mais a souligné qu'il ne s'agissait pas d'un accord avec l'entreprise et que les chefs héréditaires restaient « catégoriquement opposés » à un projet de gazoduc planifié sur leur territoire.

Selon l'accord, le chef Na'Moks indique que les employés de la société seront autorisés à traverser le pont et que la GRC retirera également un barrage routier qui empêchait certains membres de la Première Nation d'accéder à un camp de guérison Unist'ot'en situé à proximité du pont.

Il ajoute qu'il n'y aura pas d'arrestation de membres de la Première Nation et que le camp Unist'ot'en restera intact.

L'accord respecte une injonction du tribunal, destinée à empêcher toute personne de gêner le travail de l'entreprise jusqu'à ce que les défendeurs, parmi lesquels figurent des membres du camp d'Unist'ot'en, déposent une réponse.

L'accord a été conclu jeudi au bureau des Wet'suwet'en.

Trudeau salue une baisse des tensions

De passage à l'Université Thompson Rivers, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré jeudi que les arrestations qui avaient eu lieu cette semaine sur une barricade montraient que le gouvernement devait s'engager de manière appropriée avec les peuples autochtones et nouer des relations différentes de celles du passé.

M. Trudeau s'est dit ravi de constater que les tensions entre la police et les Premières Nations s'étaient apaisées dans le nord de la Colombie-Britannique.

« Je sais que des questions seront posées et qu'il faudra y répondre au cours des prochaines semaines sur ce qui a exactement été fait, ce qui aurait pu être fait différemment », a-t-il déclaré au centre de formation et de technologie industrielle de l'Université Thompson Rivers.

Il est temps de trouver un moyen d'assurer un engagement adéquat et plus respectueux lors de la construction de projets, ce que les gouvernements n'ont pas fait par le passé, a dit le premier ministre.

M. Trudeau a été interpellé par des Autochtones en colère, mercredi soir, lors d'une assemblée publique tenue à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Les Autochtones dénonçaient l'arrestation par la GRC, lundi, de 14 personnes sur une barricade érigée contre la construction du pipeline Coastal GasLink, élément clé du projet de gaz naturel liquéfié de LNG Canada à Kitimat, en Colombie-Britannique, d'une valeur de 40 milliards.

Le pipeline Coastal GasLink doit transporter, sur une distance de 670 kilomètres, du gaz naturel liquéfié de la région de Dawson Creek, près de la frontière de l'Alberta, jusqu'au port en eaux profondes de Kitimat, près de l'océan Pacifique.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer