Le voeu du chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, a finalement été exaucé : l'élection partielle dans la circonscription de Burnaby-Sud en Colombie-Britannique aura lieu le 25 février.

Mis à jour le 9 janv. 2019
MYLÈNE CRÊTE LA PRESSE CANADIENNE

« L'attente est enfin terminée », s'est-il exclamé lors d'un point de presse à Burnaby, mercredi.

Le premier ministre, Justin Trudeau, a annoncé que des élections complémentaires auront donc lieu à cette date dans trois circonscriptions, dont celles d'Outremont, au Québec, et de York-Simcoe, en Ontario.

M. Singh, qui n'a pas de siège à la Chambre des communes, se présente dans Burnaby-Sud, où il s'est installé avec son épouse. Il a officiellement lancé sa campagne mercredi, même s'il multiplie les apparitions dans la région depuis l'automne.

Lors de son point de presse, le chef néo-démocrate a critiqué le premier ministre à plusieurs reprises pour sa lenteur à déclencher ces élections partielles.

« Mais ce n'est pas la seule chose pour laquelle il a fait attendre les Canadiens, a-t-il affirmé. Il a demandé aux Canadiens d'attendre, alors qu'ils ne peuvent se trouver un chez-soi à cause de la crise du logement. »

M. Singh a également accusé Justin Trudeau de se traîner les pieds dans le dossier de l'assurance médicaments et des changements climatiques.

Il a incité les électeurs à envoyer « un message fort à Ottawa ».

« L'enjeu primordial à Outremont, c'est l'environnement et, entre les libéraux, les conservateurs et les néo-démocrates, on a un choix avec un gouvernement qui continue de subventionner les entreprises pétrolières, [...] qui a acheté un oléoduc au lieu d'investir notre argent public dans une économie durable, ou un Parti conservateur qui ne s'occupe pas de l'environnement », a-t-il avancé en entrevue.

Seuls les néo-démocrates, selon lui, partagent les valeurs des signataires du Pacte pour la transition, qui veulent intensifier la lutte contre les changements climatiques.

La circonscription d'Outremont, autrefois détenue par les néo-démocrates, est vacante depuis le départ de Thomas Mulcair, en août. C'est Julia Sanchez, ex-présidente-directrice générale du Conseil canadien pour la coopération internationale, qui portera les couleurs du Nouveau Parti démocratique.