Source ID:d5cc84dd215337da8fb19850c65d3628; App Source:StoryBuilder

Trudeau visite les Casques bleus canadiens au Mali

La Presse Canadienne
Gao

Le premier ministre Justin Trudeau a salué samedi le travail des Casques bleus canadiens au cours d'une visite impromptue au Mali même s'il a aussi défendu le refus de son gouvernement de prolonger leur mission de quelques mois pour soulager les Nations Unies.

Le premier ministre Justin Trudeau a salué samedi... (Photo Adrian Wyld, PC) - image 1.0

Agrandir

Photo Adrian Wyld, PC

Il s'agissait du premier voyage de M. Trudeau dans ce pays d'Afrique occidentale où sont déployés 250 militaires canadiens et huit hélicoptères. La mission des Canadiens est d'évacuer les Casques bleus des autres pays et employés de l'ONU blessés et assurer le transport de soldats et de matériel.

Il est peu probable que le premier ministre revienne dans ce pays puisque les opérations canadiennes doivent se terminer à la fin de juillet. L'ONU et quelques alliés du Canada souhaiteraient que les Casques bleus canadiens demeurent au Mali jusqu'à l'arrivée d'un contingent roumain, l'automne prochain.

M. Trudeau est arrivé à Mali à bord d'un avion de transport militaire en compagnie d'une délégation comprenant le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, et du chef d'État-Major de la Défense. Ce voyage avait été gardé secret pour des questions de sécurité.

Sa visite a été programmée afin de coïncider avec les célébrations de Noël des militaires canadiens. « On pense souvent - et on l'entend dire par les Canadiens - que l'histoire du Canada dans le maintien de la paix est remarquable", a déclaré M. Trudeau. Ce n'est pas seulement parce que nous sommes gentils et polis. Nous avons toujours démontré la capacité de nous présenter et d'asséner des coups bien plus puissants que notre poids l'exige. Nous sommes capables d'exercer une influence importante et significative partout où cela est nécessaire. »

La mission au Mali est l'aboutissement d'années de promesses politiques et de planification militaire entamées il y a trois ans lorsque Trudeau avait promis, lors des dernières élections fédérales, de renouveler la participation du Canada aux missions de maintien de la paix de l'ONU.

Bien que le Mali ait toujours été considéré comme une destination probable pour les troupes canadiennes, les libéraux ont mis du temps avant de s'engager à cause du danger de la mission. L'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis a aussi détourné l'attention du gouvernement.

Depuis l'arrivée de l'ONU au Mali, plus de 175 Casques bleus ont été tués depuis 2013, dont 22 en 2018. La sécheresse, l'extrême pauvreté sévissant dans cette région et l'afflux de combattants islamistes ont entraîné une escalade de la violence et de l'insécurité.

Pourtant, les Canadiens n'ont eu qu'à évacuer que six personnes depuis le mois d'août, dont deux employés civils gravement blessés par l'explosion d'un engin improvisé.

Un haut responsable militaire a indiqué que l'extrême violence qui sévissait au Mali depuis plusieurs années s'est déplacée vers le sud, s'éloignant ainsi de Gao, et se dirigeant vers la capitale Bamako.

M. Trudeau a souligné l'importance de la mission canadienne, qui comprend également le déplacement d'équipements et de troupes dans le vaste paysage désolé du Mali. Il a affirmé que le travail accompli par les soldats canadiens contribuait à l'ensemble des opérations de maintien de la paix dans le pays.

« Les troupes de l'ONU sont plus efficaces et peuvent en faire plus à cause de la présence d'une équipe canadienne qui peut les aider si elles rencontrent des difficultés. »

Le commandant de la mission, le colonel Chris McKenna, a fait écho à ce propos, faisant valoir que les Casques bleus d'autres pays comptaient sur une assistance médicale rapide.

Au sein de l'ONU et de certains alliés, on craint toutefois qu'un vide se crée lorsque les Canadiens cesseront leurs opérations à la fin du mois de juillet, car le contingent roumain qui leur succédera ne pourra pas arriver avant octobre.

L'ONU a eu recours à des entrepreneurs civils dans le passé, mais les responsables du maintien de la paix ont demandé à Ottawa de combler le vide, affirmant que les avions militaires étaient plus flexibles, plus économiques et offraient une meilleure aide médicale d'urgence.

« La prolongation de la mission canadienne procure des avantages opérationnels et financiers à l'ONU », a déclaré à La Presse canadienne un responsable de l'ONU sous le couvert de l'anonymat.

M. Trudeau, dont le gouvernement n'a pas encore déployé à l'ONU un avion de transport promis en Ouganda et une force de réaction rapide forte de 200 personnes, a déclaré que le Canada et l'ONU s'emploient à assurer une transition en douceur.

« Nous sommes confiants, et l'ONU nous dit qu'elle n'est pas inquiète », a-t-il dit aux journalistes lors d'un point de presse qui s'est déroulé devant l'un des trois hélicoptères Chinook basés à Gao.

La visite de samedi a également été une occasion pour M. Trudeau de voir les soldats canadiens en action alors que les troupes ont stimulé une évacuation médicale par la voie des airs.

La lieutenante de vaisseau, Jennifer Loye, infirmière en soins intensifs du 1er Hôpital de campagne canadien à Vancouver, a déclaré que les soldats de la paix étaient enthousiastes à l'idée de présenter ce qu'ils faisaient depuis plusieurs mois.

« Ceci est, pour moi, le point culminant de toute la formation que j'ai faite depuis que je suis devenue militaire, a dit l'officier. Je suis devenue infirmière. Je voulais faire ce genre de chose. Je voulais pouvoir travailler avec des gens et les aider. J'ai suivi une formation d'infirmière en soins critiques et maintenant, je fais le travail que je veux faire. »




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer