Après avoir accueilli en grande pompe mercredi la députée de la région de Toronto Leona Alleslev au sein de son caucus, le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a intensifié sa campagne de séduction auprès des électeurs qui ont appuyé les libéraux fédéraux au dernier scrutin et qui sont déçus du bilan du gouvernement Trudeau.

JOËL-DENIS BELLAVANCE LA PRESSE

Dans un discours devant ses troupes où il est revenu sur « l'été des échecs de Justin Trudeau », M. Scheer a affirmé que les libéraux désabusés ont leur place au sein de son parti.

« De plus en plus de Canadiens se rendent compte que le Justin Trudeau pour lequel ils ont voté et celui qu'ils voient présentement n'est pas le même. (...) Le Parti libéral et Justin Trudeau ont démontré qu'ils sont incapables de gérer notre grand pays et affronter les défis actuels. Si vous avez appuyé Justin Trudeau et les libéraux dans le passé, et que vous êtes en colère et frustrés de la direction qu'a prise le pays, vous êtes à la fois bienvenus et nécessaires au sein du Parti conservateur », a-t-il déclaré durant la réunion hebdomadaire de son caucus.

« Nous avons appris des choses au sujet de Justin Trudeau au cours de l'été. Ses échecs ne prennent jamais de vacances. (...) Les Canadiens le constatent. L'été de 2018 a été l'été des échecs de Justin Trudeau. Oui, les Canadiens savent que vous n'avez pas eu d'été, M. le premier ministre. Vous avez échoué, et échoué et échoué, et vous avez échoué davantage », a-t-il lancé, en énumérant une liste de dossiers tels que la sécurité à la frontière, les travaux d'agrandissement du pipeline Trans Mountain ou encore les négociations commerciales avec les États-Unis où le gouvernement Trudeau a fait du surplace.

Au premier jour de la rentrée parlementaire, lundi, la députée Leona Alleslev, élue sous la bannière du Parti libéral aux élections de 2015, a causé une surprise en annonçant de son siège de la Chambre des communes qu'elle claquait la porte de son parti pour grossir les rangs du Parti conservateur à quelque 12 mois des prochaines élections fédérales.

Ce faisant, Mme Alleslev, qui a été officier au sein des Force de la Force aérienne du Canada et a occupé des postes de haute direction chez Bombardier Aérospatiale et IBM, entre autres, a affirmé qu'elle ne pouvait plus appuyer les politiques du gouvernement libéral de Justin Trudeau tandis que le Canada nage en pleine incertitude quant à ses relations commerciales avec les États-Unis.

Mercredi matin, Mme Alleslev a pris la parole devant ses nouveaux collègues, se disant heureuse de l'appui qu'elle a obtenu de la part des députés conservateurs et des commettants de sa circonscription dans la foulée de sa décision qui a pris l'ensemble des troupes libérales par surprise.

Elle a aussi fait appel aux électeurs qui, comme elles, ont choisi le camp libéral au dernier scrutin et qui sont déçus des politiques économiques du gouvernement Trudeau de lui emboîter le pas.

« Les Canadiens qui ont voté pour le Parti libéral sont aujourd'hui aussi frustrés que je l'étais de voir que le gouvernement libéral n'a pas mis en chantier les changements qu'il avait promis. Les Canadiens savent que le monde a changé de façon draconienne au cours des trois dernières années. Et notre pays, plus que jamais, a besoin d'un leadership fort », a-t-elle dit, sous les applaudissements nourris des députés conservateurs.

« Faire preuve de leadership va bien au-delà de dire des choses que les gens veulent bien entendre. C'est plus que jouer un rôle. Faire preuve de leadership, c'est présenter une vision qui s'accompagne de gestes courageux et c'est faire ce qui doit être fait, et non pas faire ce qui est facile. (...) Le Parti conservateur, son chef et vous, voilà ce dont a besoin le Canada maintenant », a-t-elle ajouté.