Après avoir visité ce qu'il appelle «l'épicentre de la crise» des migrants qui traversent de manière irrégulière la frontière canado-américaine, à Saint-Bernard-de-Lacolle, la semaine dernière, le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, presse à nouveau le premier ministre Justin Trudeau de renégocier l'entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis.

Publié le 15 juin 2018
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Dans une lettre qu'il a envoyée au premier ministre, vendredi, Scheer soutient qu'il incombe au gouvernement libéral de présenter dans les plus brefs de délais un plan concret pour «stopper l'entrée illégale de migrants et la crise de sécurité publique à nos frontières».

«Les conservateurs pressent votre gouvernement d'agir depuis plus d'un an. Vos députés ont voté contre la motion conservatrice présentée à la Chambre des communes qui demandait à votre gouvernement de présenter un plan pour gérer nos frontières et notre système d'immigration au plus tard le 11 mai 2018. Nous demandons également à votre gouvernement de renégocier l'Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis. Pourtant, vous refusez d'entreprendre des négociations et ne proposez aucune solution à cette crise », affirme M. Scheer dans sa lettre au premier ministre.

Signée en décembre 2002, l'Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs encadre le passage de demandeurs d'asile entre les deux pays. En vertu de cette entente, les demandeurs d'asile sont tenus de présenter leur demande dans le premier pays où ils arrivent, dans la mesure où ils traversent la frontière par les voies officielles. Ainsi, un demandeur d'asile qui se présente à une douane canadienne sera renvoyé aux États-Unis. Mais ce n'est pas le cas quand ce même demandeur traverse la frontière de manière irrégulière, en passant par exemple par le chemin Roxham. À ce jour, les États-Unis sont le seul pays désigné comme tiers pays sûr par le Canada en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.

Dans sa lettre, le chef conservateur se dit prêt à discuter de cet épineux dossier de vive voix avec le premier ministre s'il le souhaite. «Les Canadiens s'attendent à un leadership de la part de votre gouvernement. C'est pourquoi je vous demande une fois de plus de présenter un plan immédiatement pour stopper l'entrée illégale de migrants et la crise de sécurité publique à nos frontières», ajoute M. Scheer.

Dans sa missive, le chef conservateur souligne que plus de 26 000 personnes ont traversé la frontière canado-américaine de façon irrégulière et que 96% d'entre elles l'ont fait en empruntant au chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle.

M. Scheer a aussi fait valoir que cette situation qui dure depuis plus d'un an force les immigrants et les réfugiés qui respectent les règles du système d'immigration canadien à attendre plus longtemps pour que leur demande soit traitée.

«Il est impératif que votre gouvernement propose un plan concret pour remédier à cette situation immédiatement», affirme-t-il.

Aux Communes, les ministres qui traitent de ce dossier - le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, et le ministre des Transports, Marc Garneau - accusent le Parti conservateur de brosser un portrait plus sombre de la situation et répètent que le gouvernement a pris les mesures qui s'imposent pour traiter plus rapidement les cas des migrants qui traversent la frontière de façon irrégulière. Ils affirment aussi avoir mené des compagnes d'information auprès des membres des communautés aux États-Unis qui tentent de venir ainsi au Canada en les avisant qu'ils seront renvoyés dans leur pays d'origine s'ils ne sont pas admissibles au Canada. Enfin, ils soutiennent aborder fréquemment ce dossier avec les autorités américaines pour s'assurer de leur collaboration.