Source ID:1424; App Source:BreakingNewsEntity

Trudeau «malhonnête et faible», dit Trump

Donald Trump avait affirmé vendredi que la relation... (PHOTO AP)

Agrandir

Donald Trump avait affirmé vendredi que la relation canado-américaine était «probablement meilleure, aussi bonne ou meilleure qu'elle ne l'a jamais été». Cette relation a connu un virage draconien à peine 24 heures plus tard.

PHOTO AP

(La Malbaie) Le Sommet du G7 s'est terminé avec un revirement spectaculaire, samedi soir, alors que Donald Trump a renié le communiqué final ratifié quelques heures plus tôt par les sept pays du Groupe, qualifiant sur Twitter Justin Trudeau de «faible» et «malhonnête».

Le président des États-Unis n'a pas digéré certains commentaires exprimés par Justin Trudeau lors de sa conférence de presse de clôture du Sommet de La Malbaie. Le premier ministre y a dénoncé les tarifs douaniers «insultants» imposés par Washington sur les exportations canadiennes d'acier et d'aluminium, confirmant qu'il irait de l'avant avec des mesures de représailles.

«Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a agi de façon si docile et si douce pendant notre rencontre du G7 [...] pour dire ensuite qu'il ne se laisserait pas bousculer. Très malhonnête et faible», a écrit Donald Trump sur Twitter.

En raison des «fausses déclarations» de Justin Trudeau, et du fait que le Canada facture des tarifs «énormes» aux fermiers américains, M. Trump a ordonné aux représentants américains de ne pas appuyer le communiqué final. Il a rédigé ses deux messages acrimonieux alors qu'il se trouvait à bord d'Air Force One, en route vers Singapour où il doit rencontre le leader nord-coréen dans deux jours.

Le président a en outre menacé d'imposer de nouveaux tarifs douaniers sur les exportations d'automobiles du Canada qui «inondent» le marché américain. Cette surtaxe pourrait coûter des milliards de dollars aux producteurs canadiens si elle se matérialise.

Du jamais vu

Le cabinet du premier ministre Trudeau a fourni une brève réaction à la volte-face de Donald Trump en milieu de soirée. «Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet, a indiqué son directeur adjoint des communications, Cameron Ahmad. Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas dit auparavant - tant en public que dans ses conversations privées avec le président.»

Un tel désaveu par un pays membre du G7 d'un communiqué final, quelques heures après sa ratification, constitue vraisemblablement une première dans l'histoire de cette organisation fondée au milieu des années 70, a souligné à La Presse Patrick Leblond, professeur agrégé à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa.

«C'est dans la nature de Trump, il n'y a rien de surprenant.»

Ce rebondissement survient au terme d'un sommet marqué par le suspense et l'imprévisibilité, dans la région bucolique de Charlevoix. Donald Trump avait lancé une salve d'attaques contre Justin Trudeau sur Twitter quelques heures avant le début de la rencontre, piqué au vif par d'autres commentaires du premier ministre dans le dossier du commerce.

Le président des États-Unis a menacé jusqu'à la toute dernière minute d'annuler sa présence au Québec, pour finalement arriver avec une heure de retard au Manoir Richelieu vendredi. Il s'est entretenu avec Justin Trudeau en privé quelques heures plus tard et a semblé ravi par leurs échanges.

Blaguant avec Justin Trudeau et les journalistes présents, Donald Trump avait même affirmé que la relation canado-américaine était «probablement meilleure, aussi bonne ou meilleure qu'elle ne l'a jamais été».

Les propos de Trudeau

Comme le démontrent les deux messages publiés par le président sur Twitter vers 19h, cette relation a connu un nouveau virage draconien à peine 24 heures plus tard.

Donald Trump n'a pas digéré certains des propos tenus par Justin Trudeau pendant sa conférence de presse de clôture. Le premier ministre y a réitéré qu'il jugeait «insultante» la raison invoquée par Washington pour justifier des tarifs de 10% et de 25% sur les métaux canadiens, soit la «sécurité nationale».

Même si M. Trudeau et ses principaux ministres ont utilisé ce qualificatif à plusieurs reprises depuis deux semaines, il semble que cette fois-ci fut de trop pour Donald Trump - reconnu pour son tempérament intempestif.

«En raison des fausses déclarations de Justin lors de sa conférence de presse, et du fait que le Canada facture d'énormes tarifs aux fermiers, aux travailleurs et aux entreprises des États-Unis, j'ai donné l'instruction aux représentants américains de ne pas appuyer le Communiqué [du G7], alors que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui envahissent le marché américain», a écrit Trump sur Twitter.

Dans un autre message sur Twitter, le président a accusé le Canada d'imposer des tarifs de 270% sur les produits laitiers américains, un reproche qu'il avait aussi formulé pendant une conférence de presse où il tirait dans toutes les directions, samedi matin, avant son départ de La Malbaie.

Territoire inconnu

Le mécanisme précis qui permettra aux États-Unis de se désister d'un communiqué ratifié à peine quelques heures plus tôt par les pays du G7 reste inconnu. Ce rebondissement est d'autant plus déchirant pour le Canada que bien peu d'observateurs s'attendaient à ce que le Groupe des Sept accouche d'une déclaration commune, tellement les tensions étaient vives.

Donald Trump a réussi à s'attirer les foudres de ses alliés pendant son passage éclair au Manoir Richelieu, notamment lorsqu'il est arrivé en retard à une réunion sur l'égalité des sexes, samedi matin, sous le regard réprobateur des autres chefs d'État.

Lors d'une autre rencontre, il a été photographié assis, les bras croisés et le visage fermé, pendant que ses homologues passaient en revue les détails finaux de la déclaration commune.

En fin de compte, la signature d'un communiqué par les sept pays aura été considérée - l'espace de quelques heures - comme une grande victoire pour le Canada, qui préside le G7 en 2018.

«Quand on arrive à sortir avec un communiqué unanime, avec des engagements forts, spécifiques sur des actions que nous allons prendre sur de grands enjeux qui ne préoccupent pas juste les Canadiens et les citoyens du G7, mais les citoyens du monde [...] on a livré pour ce sommet», a affirmé le premier ministre pendant sa conférence de presse.

Le communiqué diffusé vers 19h samedi par le bureau du G7 présente 28 engagements des pays signataires, «guidés par nos valeurs communes de liberté, de démocratie, de primauté du droit et de respect des droits de la personne et par notre engagement à promouvoir un ordre international fondé sur des règles».

Ce communiqué obtenu à l'arraché mentionne aussi «le rôle crucial d'un système commercial international fondé sur des règles» et la poursuite de «la lutte contre le protectionnisme» - deux des principaux reproches formulés à l'endroit des États-Unis par ses alliés du G7.

Le premier ministre Trudeau sera à Québec aujourd'hui pour une série de rencontres avec des dirigeants de pays invités au G7, dont le Bangladesh, l'Afrique du Sud et le Viêtnam. Il n'a pas prévu s'adresser aux médias malgré la nouvelle crise déclenchée par Donald Trump, a indiqué son cabinet samedi soir.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer