Ottawa a officiellement condamné cet après-midi le lancement d'un missile à longue portée par la Corée du Nord dimanche.

Publié le 7 févr. 2016
Gabrielle Duchaine LA PRESSE

«Au même titre que l'essai nucléaire effectué par la Corée du Nord le 6 janvier 2016, ce lancement menace grandement la paix et la sécurité à l'échelle mondiale, ainsi que la stabilité qui règne dans la péninsule coréenne», affirme le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion dans un communiqué de presse.

«Les actes de la Corée du Nord démontrent un mépris flagrant de ses obligations internationales. Le Canada demande donc à la Corée du Nord de mettre un terme à ces opérations perturbatrices et provocatrices, et de se conformer de nouveau à ses obligations internationales.»

Rappelons que La Corée du Nord a procédé au tir d'une fusée à longue portée qui transporterait, selon les autorités nord-coréennes, un satellite. Selon la communauté internationale, il s'agissait plutôt d'un test de missile à longue portée, en infraction avec les sanctions de l'ONU interdisant à la Corée du Nord l'usage de la technologie balistique.

Ce matin, le Conseil de sécurité de l'ONU a «condamné fermement le lancement» dans une déclaration unanime adoptée à l'issue de rencontres d'urgence tenues à huis clos.

Le conseil a annoncé qu'il adopterait bientôt une résolution pour alourdir les sanctions contre Pyongyang en réponse à ce tir et au dernier essai nucléaire nord-coréen.

Cet après-midi, le gouvernement du Canada a donné son appui au Conseil de sécurité des Nations Unies, qualifiant le geste de la Corée du Nord d'«injustifié, irresponsable et dangereux».