Source ID:; App Source:

Les femmes trop liées à leurs enfants pour devenir juges, dit MacKay

Peter MacKay... (Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

Peter MacKay

Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

Le ministre fédéral de la Justice explique le manque de femmes juges au pays par le lien trop serré entre les femmes et leurs enfants.

Peter MacKay a fait ces commentaires le 13 juin dernier, lors d'une réunion organisée par le Barreau ontarien à Toronto. Le quotidien Toronto Star les citait dans son édition de jeudi.

Lorsqu'on lui a demandé, à cette rencontre, pourquoi son gouvernement ne nomme pas juges plus de femmes et de membres des minorités visibles, M. MacKay a dit que les femmes ne postulent pas pour ces emplois, qu'elles craignent que le travail de juge les éloigne trop de leurs enfants, que les enfants ont davantage besoin de leur mère que de leur père.

Jeudi matin, donc, dans les corridors du parlement, le ministre a été invité à expliquer ses remarques.

Au lieu de reculer, il en a remis.

«Et bien, elles en ont un», a-t-il confirmé en parlant d'un lien plus fort entre les femmes et leurs enfants qu'entre les hommes et leurs petits.

«Dans la petite enfance, il est indéniable que les femmes ont un lien plus grand avec leurs enfants», a-t-il précisé du même souffle.

Lorsqu'on lui a fait remarquer qu'on arrive rarement au poste de juge tôt dans une carrière, alors qu'on serait jeune parent, le ministre s'est éloigné sans rien dire.

Il avait eu le temps cependant, avant de partir, de répéter une de ses déclarations du 13 juin.

«Pour ce qui est des femmes qui postulent pour devenir juges, nous avons besoin de plus de femmes qui postulent pour devenir juges. C'est aussi simple que ça», a lâché le ministre avant de tourner les talons, répétant ainsi que les femmes elles-mêmes sont responsables du manque de femmes juges dans les cours fédérales.

Ses collègues ne se pressaient pas pour le défendre.

Une députée conservatrice a eu un commentaire difficile à décoder.

«Comme parlementaires, je pense que nous devrions applaudir les femmes, quels que soient leurs choix de carrière, que ce soit de rester à la maison avec leur famille ou de chercher à faire carrière dans n'importe quel autre domaine», a dit Michelle Rempel.

Les autres élus conservateurs ont fui les journalistes.

Restait un Maxime Bernier, plutôt réticent.

«Moi aussi j'ai un lien spécial avec mes filles», a offert le ministre Bernier.

Visiblement mal à l'aise, il a eu quelques rires gênés, puis a dit que comme tout le monde, il aimait sa mère.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer