Source ID:530500; App Source:cedromItem

Ottawa n'entend pas partager ses surplus

Denis Lebel... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Denis Lebel

Photo archives La Presse Canadienne

(OTTAWA) Le gouvernement Harper estime avoir réglé le déséquilibre fiscal qui existait entre Ottawa et les provinces en 2007 et n'envisage pas de partager ses futurs surplus avec elles, malgré l'appel lancé par le Québec pour l'aider à juguler son déficit.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, a affirmé hier qu'Ottawa verse aux provinces des paiements de transferts sans précédent qui devraient leur permettre de financer adéquatement les programmes importants que sont la santé et l'éducation.

«Le Québec va recevoir cette année près de 20 milliards en transferts fédéraux. C'est une augmentation de 7,6 milliards depuis que nous sommes au gouvernement», a affirmé M. Lebel, rappelant que Québec reçoit aussi 9,3 milliards de dollars en paiement de péréquation.

«Il n'y a pas de déséquilibre fiscal. Nous avons réglé au Québec l'harmonisation de la TPS, nous avons réduit la TPS de 7% à 5%, les provinces ont pu prendre les points fiscaux qui ont été libérés», a-t-il ajouté.

En matinée, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a demandé un coup de pouce financier d'Ottawa tout en reconnaissant qu'il n'existe pas de «déséquilibre fiscal», comme c'était le cas dans les années 90 quand le gouvernement Chrétien avait réduit du tiers les transferts aux provinces.

«Il faut cependant reconnaître qu'Ottawa a une marge de manoeuvre plus importante que toutes les provinces, a-t-il déclaré. On doit donc s'attendre à ce que dans le prochain budget fédéral, il fasse quelque chose à ce sujet.»

Les déficits du Québec et de l'Ontario

M. Leitao doit comprimer les dépenses de 3,7 milliards de dollars dans son prochain budget, prévu en juin, s'il veut limiter le déficit à 1,7 milliard en 2014-2015 et atteindre l'équilibre durant l'exercice financier suivant.

En Ontario, le ministre des Finances Charles Sousa a annoncé la semaine dernière que le déficit de la province en 2014-2015 atteindra 12,3 milliards de dollars, soit 2 milliards de plus que prévu il y a 12 mois à peine.

À Ottawa, entre-temps, le gouvernement fédéral a annoncé récemment qu'il avait enregistré un surplus mensuel de 5,1 milliards de dollars en février, soit le plus important depuis la crise économique de 2008. Il s'agissait aussi du troisième surplus mensuel de suite et tout indique que le budget fédéral sera équilibré dès 2014-2015. Mais le gouvernement Harper entend consacrer l'essentiel de ses premiers surplus pour offrir des réductions d'impôts aux contribuables en 2015, année électorale.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a fait valoir qu'Ottawa peut donner rapidement un répit au Québec en abandonnant l'idée d'un péage sur le pont Champlain.

«Après la prochaine élection, si jamais on faisait l'erreur de garder les conservateurs là, ils annoncent déjà qu'ils vont commencer à jouer dans le système de péréquation, qui est pourtant garanti par la Constitution. Ce n'est pas une question de la marge de manoeuvre de l'un ou de l'autre. Il y a des obligations qui incombent au fédéral. La péréquation est un bon exemple», a-t-il dit.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer